Guillaume Garrié sur le Mur des Carmes

Guillaume Garrié sur le Mur des Carmes

Rencontre

Le confinement avait contraint la ville d’Orléans, à ne pas communiquer comme d’habitude sur la performance du street-artiste qui réalisait la 36ème fresque du Mur d’Orléans. Néanmoins, en passionné (voir mes précédents articles), j’ai eu la chance de faire partie des privilégiés, invités par un des initiateurs du Mur d’Orléans. Samedi matin j’ai pu rencontrer Guillaume Garrié, l’artiste de cette nouvelle fresque au coin de la rue des Carmes et de la rue Henri Roy.

A mon arrivée, le MUR, commencé jeudi, était pratiquement terminé et Guillaume Garrié qui discutait avec quelques amis se demandait s’il devait apporter encore des modifications. « On trouve toujours des détails mais à un moment il faut s’arrêter. »

Artiste orléanais

Le street artiste est Orléanais, son atelier, « Oulan Bator » se situe en centre ville. Son invitation par Ludovic Bourreau et Jean Michel Ouvry, les promoteurs du projet est événement supplémentaire ; depuis 2017, date de la première fresque réalisée sur le Mur d’Orléans sous l’égide de la Ville d’Orléans, j’ai compté seulement cinq artistes originaires du Loiret parmi les 38 invités venant de divers horizons . Nous en sommes à la 36eme fresque.

Né en 1978, à Orléans

Cette cartouche préparée par les initiateurs du Mur sera encore plus nécessaire en cette période de confinement où il était impossible d’inviter des passants à venir parler avec les artistes toujours prêts à expliquer leur œuvre.

Faire rêver

Quand il peint dans la rue, Guillaume Garrié cherche d’abord à faire rêver « comme les artistes de New York« . Des graffeurs montrent davantage d’actualité et expriment davantage leur engagement, chacun son style.

Peindre à quatre mains

Alors que je lui fais remarquer qu’il a un style ressemblant à celui de Onie, l’artiste peintre qui avait réalisé la fresque de juin 2017 et qui a exposé dans la galerie du Théâtre d’Orléans, Guillaume Garrié confirme en me précisant que depuis plusieurs années ils travaillent ensemble, dans le même atelier .

Fresque réalisée par Onie le 24 juin 2017

Ensemble ils parcourent le Monde, ils sont allés exposer en Slovaquie en novembre 2020 et précédemment aux Philippines .

Guillaume aime réaliser des peintures ou des fresques à quatre mains « On se complète, on se donne des idées au cours de nos peintures. »

Ces réalisations collectives m’étonnent toujours beaucoup tant j’imagine la complicité que ces créations exigent pour l’invention, les colories et le dessin.

Guillaume Garrié est également sculpteur, les orléanais ont pu admirer ses « singes-totem » à la Fête des Duits d’aout 2020.

Écouter notre public

Pour Guillaume les rencontres, les barbecues, les fêtes entre artistes et leurs familles font parties des meilleurs moments de la création artistique. « Non les artistes ne sont pas tous comme des autistes enfermés dans leur solitude ».

Guillaume apprécie ce genre de Mur qui « vit ». Il y a des « murs » qui plaisent plus que d’autres . L’avantage du MUR d’Orléans est sa diversité de style. Normalement , sans confinement, les passants expriment leur avis directement à l’artiste.

Devant sa fresque achevée, Guillaume Garrié en discussion avec son ami Jean Michel Ouvry

Encore quelques détails …

Derniers coups de pinceau et d’aérosol

Depuis samedi cette nouvelle production est à admirer. Orléanais, ne manquez pas lors de votre promenade anti-confinement de découvrir la nouvelle fresque de Guillaume Garrié.

2 réactions au sujet de « Guillaume Garrié sur le Mur des Carmes »

    1. Merci Matthieu ça marche bien. J’ai eu un commentaire après un billet datant de plusieurs années. MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *