La Dent Parrachée domine avec ses 3697m Lanslebourg

Il y a  20 ans Donatella est venue installer son épicerie italienne à Lanslebourg . Ce bourg de 700 habitants situé au bord de l’Arc est maintenant appelé Val Cenis du nom de la station de ski créée il y a 50 ans tout juste.

Depuis que je rédige ce blog, j’ai eu l’occasion de partager mes coups de chapeau pour d’autres commerçants de Val Cenis , le « marchand de pierres », le directeur d’ Intersport ». Pourquoi cette année m’arrêter chez Donatella?

Il est de plus en plus fréquent d’entendre « je vais chez l’italienne » .

Le magasin au rez de chaussée d’une des solides et vastes maisons qui longent la rue du Mont Cenis, principale artère de Lanslebourg.

Sur le trottoir…pas d’erreur possible

Certes les touristes, l’hiver comme l’été apprécient le dépaysement que procure cette boutique au bord de la rue principale . « Et en plus c’est bio », m’a-t-on affirmé.

Une cliente heureuse

J’ai remarqué que depuis quelques temps les locaux choisissent de s’approvisionner là. Il y a les restaurateurs  qui viennent y faire leurs courses  particulièrement le mardi ; Ils profitent ainsi des produits frais que ramènent deux fois par semaine, directement d’ Italie, Donatella et sa nièce.

De plus en plus une nouvelle clientèle est fidèle à cette épicerie pas comme les autres,  ce sont les habitants de Lanslebourg et des environs. En effet ils ont tendance à ne pas « attendre tout » du jardin dont leur famille est propriétaire depuis des générations ; grâce à « l’italienne » ils trouvent très tôt dans la saison, des fruits et des légumes venant d’Italie .

En dehors du besoin de profiter de légumes ou de fruits précoces, l’engouement des Languérins (les habitants de Lanslebourg) pour Donatella ne trouve-t-il pas  son explication dans l’histoire de la région. En effet ici on parlait le piémontais et on s’alimentait avec les produits de la plaine du Pô, toute proche. Donatella est la seule à vendre le riz arborio pour cuisiner le risotto.  On y trouve aussi la farine de maïs pour la polenta . Ici c’est un peu de Piémont  et du souvenir de la table de ses aïeux que l’on retrouve. C’est peut être cela qui fait la notoriété et la reconnaissance de cette boutique pas comme les autres. Outre ces considérations historiques…la chaleur toute italienne de l’accueil de Donatella et de sa nièce est déterminante.

Merci à elle et à sa nièce pour leur disponibilité, elles ont refusé que je les photographie, dommage ! Un seule solution aller les rencontrer à leur magasin dans le centre de Lanslebourg. Et là le bonheur.

 

 

A la vôtre …avec modération !

 









Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *