Théâtre citoyen…Olympe de Gouges

Théâtre citoyen…Olympe de Gouges

partie-1-2-2propose ce mardi une pièce de théâtre dans la salle de notre quartier, le Théâtre Gérard Philippe .

Affiche du spectacle
Affiche du spectacle

Aujourd’hui, nous avons choisi de
travailler autour du personnage de
Olympe de GOUGES, avec l’auteur
Sophie MOUSSET. Cette création
propose une rencontre imaginaire
entre Olympe de GOUGES et
ROBESPIERRE.
Elle présente un double intérêt :
celui de faire connaître le destin
d’une femme extraordinaire
injustement méconnue, mais aussi
celui d’aborder le personnage
complexe de ROBESPIERRE.

 …précise la Compagnie, le Théâtre Label Etoile qui joue cette pièce.

 

Tous les partenaires, professionnels et bénévoles ont répondu présents . Les 350 places sont presque toutes occupées, étonnant pour un après midi.

De plus il y règne une ambiance joyeuse.

En effet cet après midi fera date pour une centaine d’élèves des classes des lycées voisins accompagnés de leurs professeurs. Rarement ces jeunes vont au théâtre . Les murmures-chahuts des premières minutes se sont très vite transformés en un silence  d’écoute. Plus intéressant encore, certaines déclamations des acteurs provoquaient des réactions de réprobations comme on en fait à 15 ans.

La pièce

Les protagonistes

sans-titre-3
Olympe de Gouges ici sous les traits de l’actrice Agathe ROUILLIER et Maximilien Robespierre joué par le comédien Mathias MARÉCHAL

Marie Gouze, dite Marie-Olympe DE GOUGES, née à Montauban le 7 mai
1748 est une femme de lettres prolifique, engagée et visionnaire. Elle fit
siens les combats contre la pauvreté, l’exclusion, l’esclavage, la dictature,
la peine de mort et surtout l’inégalité entre les hommes et les femmes.
En 1791, elle rédige et envoie à la Reine « la Déclaration des droits de la
femme et de la citoyenne » et devient la figure emblématique de
l’émancipation de la femme, de ses droits et de sa dignité. Elle n’a de
cesse jusqu’à la fin de sa vie de se battre pour l’amélioration de la condition
humaine.
Elle est guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, pour avoir cru, en son
temps, à l’égalité entre hommes et femmes.

Robespierre entre
en politique à l’annonce de la convocation des Etats
Généraux en 1789. La campagne électorale est dure en
Artois où s’opposent les élites traditionnelles et les tenants
des réformes et du changement. Élu député, il milite sans
trêve au club des Jacobins.
Elu par la suite à la Convention par plusieurs départements
(dont celui du Pas-de-Calais), Robespierre choisira d’être l’élu
du peuple parisien. Mis hors la loi après la chute du régime de
la Terreur dont il n’est pas l’unique responsable, il refusa de
patronner l’insurrection populaire, fut arrêté et guillotiné.

L’auteure a imaginé cette pièce dans la salle du Club des Jacobins à Paris. Le dialogue est tiré de textes ou discours écrits par les deux personnages.

Ci dessous quelques vidéos, passages significatifs de la pièce :

  • La Révolution Française a provoqué (comme d’autres révolutions plus récentes) des déceptions. On espère, on imagine, on construit… et tout cela s’évapore absorbé par la recherche du pouvoir.

  •  La liberté sexuelle

  • Égalité des droits

  • L’oppression des femmes

  • Le mariage et l’union libre

  • Je retourne à ma geôle….Enfants de la patrie, vous vengerez le monde !

img_3295

A la fin de la pièce dans la salle puis à la sortie les discussions se sont principalement portées sur l’actualité des thèmes abordés dans le duel Olympe de Gouges et Maximilien Robespierre. Les droits des femmes que revendiquait Olympe de Gouges, il y a plus de 300 ans,  pendant la Révolution Française, sont sans cesse à améliorer et à préserver. Plusieurs intervenantes ont appelé les jeunes garçons et filles présents à poursuivre le combat et les idées d’Olympe de Gouges.

Puisse l’action du CIDFF continue dans les pas d’Olympe de Gouges. Le théâtre semble une fois de plus un moyen de sensibilisation de la jeunesse à l’histoire et aux droits humains. En fait un théâtre citoyen.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *