An 2000 à St-Pétersbourg (1)

An 2000 à St-Pétersbourg (1)

En ce temps le rideau de fer vient de tomber. Nous en avons profité pour réaliser des escapades en Roumanie, en Pologne, à Berlin-Est puis en Slovaquie et Prague. St Petersbourg et Moscou ont été les dernières étapes de notre découverte des Pays de l’Est. La plupart de ces parcours (sauf la Roumanie) a été amplement facilité par une agence orléanaise, Slav’Tours gérée par un ami d’origine tchèque et spécialisée dans les séjours chez l’habitant .

Chez madame Tatjana

Nous débarquons à l’aéroport de St-Petersbourg. Le 9 juillet à 22h 35 il fait encore jour, car nous sommes début juillet et ses « nuits blanches » . Nous sommes accueillis par un couple d’ingénieurs et de prof . Ils nous hébergeront pendant 7 jours dans leur appartement situé dans un modeste immeuble de banlieue.

Photo du dépliant d’information sur l’hébergement chez Madame Tatjana

Après chaque visite nous utilisons le métro, heureusement sans changement, à 7 stations du centre (Nevski – Sankt-Petersbourg) pour revenir chez madame Tatjana . Les premiers jours sont difficiles car toutes les indications de direction sont écrites en alphabet cyrillique. Heureusement j’avais préparé ce voyage par un entrainement à la lecture du cyrillique !

Progressivement nous avons fait connaissance de la grand mère, une vraie Babouchka, elle était heureuse de parler avec Colette grâce à quelques mots français. Elle voulait même lui apprendre le russe ! Elle a eu le temps de lui raconter le calvaire qu’elle avait vécu lors du siège de Leningrad (Saint Petersbourg) pendant 900 jours à partir de septembre 1941. C’est une rescapée, il y aura 632 000 habitants morts de famine.

Après nous avoir fait visiter les principaux monuments de la ville comme prévu, notre hôtesse, nous a quitté pour passer la semaine dans sa datcha. Ce qui nous a donné plus de loisir le matin au petit déjeuner pour dialoguer avec notre délicieuse Babouchka avant de parcourir la ville à notre gré.

Visite de la ville

Comme convenu Tatjana devient notre guide de ce premier jour. C’est une option que nous prenons car c’est un moyen d’avoir une vue générale de la ville à découvrir.

Chaussures de marche pour nos premiers pas avec Tatjana. Ici entrée dans la forteresse Pierre et Paul . C’est là que Pierre le Grand a fondé la ville en 1703, il y aura 300 ans .

Traversée de la Néva, un des ponts qui se lèvent à partir de 22h pour faire passer les plus gros bateaux

Sur l’Ile Vassilievski une des deux colonnes rostrales de 32 m. Elles supportaient des flambeaux qui guidaient les navires.

Nous traversons l’âme de St Petersbourg , la Perspective Nevki.

Avec son animation

Avec ses hôtels de luxe

Avec ses journaux muraux

Nous découvrons les bulbes multicolores de l’église de la Résurrection du Christ. Cette église a été construite par Alexandre III entre 1883 et 1907 où a été assassiné son père. L’intérieur est un ravissement de couleurs des mosaiques de marbre. Autour de cette église des stèles rappellent les réformes du star Alexandre II. Et si un président français mémorisait ainsi ses réformes ?

Église de la Résurrection du Christ.

La stèle qui rappelle la date de la loi abrogeant le servage en Russie le 19 février 1861

Je ne peux pas publier plus de photos, ce billet serait trop dense. Pour visiter plus précisément, n’hésitez pas à consulter ce lien .

Le lendemain nous serons plus libres et pourrons flâner dans la deuxième ville de Russie. Ci dessous voyez quelques moments, concernant en premier les arts…

Au musée de l’Ermitage

Ce musée est tellement riche que des visiteurs y passent plusieurs jours en planifiant la visite des 400 salles . Nous, nous nous sommes limités à n’y passer que quelques heures, privilégiant le 3eme étage. Ces salles sont consacrées à l’art occidentale des 19 et 20ème où nous retrouverons quelques joyaux de la peinture française.

Que choisir ? pour s’engager dans les 400 salles de ce Palais d’Hiver de Catherine II

A gauche « La chambre rouge  » 1908, à droite « La danse » 1910 de Matisse

« Le garçon avec un fouet » de Renoir 1885 (105×75 cm)

En s’interrogeant sur les raisons qui ont amené ces œuvres ici , nous nous rendons compte, une fois de plus, de la propension des hommes et des femmes à se rencontrer ou à partager leurs œuvres au delà des frontières, sans les moyens de communication actuels . Voltaire, Diderot et de nombreux architectes, sculpteurs ont conseillé et travaillé pour Catherine II et les stars.

Je me pose également la question de la préservation de cet héritage par les révolutionnaires et je trouve la réponse en lisant :  » Après la Révolution de 1917, les expropriations des collectionneurs privés ajoutèrent les impressionnistes et fauves français , Picasso, Matisse . Cette année là, le musée, alors réservé à la bourgeoisie, s’ouvrit à tous. »

Au Théâtre Aleksandrinskaïa

Façade du théâtre

La soirée débute à 19h. Ce soir c’est une représentation du lac des Cygnes.

A suivre : mariages à ST Petersbourg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *