Fauves, spectacle entre danse et théatre

Fauves, spectacle entre danse et théatre

Hier soir , au théatre nous avons été surpris par le spectacle choisi lors de notre abonnement annuel. Et ce n’est pas la première fois ! Voilà un spectacle que nous ne serions pas allés voir spontanément.

Dans la salle une foule de jeunes , nous les vieux nous étions vraiment une minorité. Des classes entières avec leurs profs…

Pour mettre dans l’ambiance une annonce est réalisée : « n’éteignez pas vos portables… vous pouvez faire des photos avec ou sans flash.. » que je traduit par le slogan de mai 68 « Il est interdit d’interdire » !

La scène est sans décor et des jeunes qui arrivent de la salle en tenue de ville se positionnent sur la scène… Faut-il moi-même monter sur scène, faudra-t-il participer au spectacle ? cette question me percute un instant !

Les jeunes, des adolescents nous regardent intensément puis arrivent des adultes . Il s’agit du DJ « pour l’ambiance » et de Michel Schweizer, metteur en scène et « médiateur » comme on dit maintenant.

Et tout de suite comme un prof le « médiateur » propose aux jeunes une reflexion sur un texte d’un philosophe Bruce Bégout. Immédiatement un premier puis l’ensemble refuse cette proposition et préfèrent converser entre eux et danser … car ils ont d’autres préoccupations que ceux de ce « médiateur » quinquagénaire !

Pendant la durée du spectacle, chacun avec sa personnalité, les comédiens vont danser et parler ensemble de leur conception de la vie, de leurs rapports, etc… ils vont faire de la philosophie . J’ai noté que les textes sont de Bruce Bégout né en 1967 et également de certains jeunes acteurs.

A la fin « le médiateur » leur proposera de réagir sur un sondage « 72 % des adolescents pensent qu’ils sont immortels », ce sera l’occasion du seul dialogue entre jeunes et adultes sur le temps qui passe et de la vision différente des générations sur ce temps.

Malgré les performances de ces jeunes en chants et en danse, malgré une musique agréable j’avais quand même souffert, moi sexagénaire, de la rapidité et de l’intensité des dialogues ; mais ma surprise fut grande de voir derrière moi tous les spectateurs debout pour faire une ovation extraordinaires à ces adolescents acteurs qui venaient de les émouvoir.

Je ne saurais que recommander ce spectacle si surprenant sur la scène et parmi les spectateurs. Nous sommes loin des spectacles du théâtre de boulevard, même joués par des acteurs « presque immortels », dont raffolent les vieux du Cado d’Orléans.

Pour en savoir plus sur « Fauves », cliquer !

Une réaction au sujet de « Fauves, spectacle entre danse et théatre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *