Voyage en Arménie (suite 3)

Voyage en Arménie (suite 3)

Nos amis arméniens, Arkadi et Almaz, nous avait donné une petite idée de leur religion lors du mariage de leur fils Sergei, dans une petite église solognote . Ce n’est ni un pope, ni un copte mais un prêtre de l’église arménienne de Paris qui officiait ce jour là selon les rites . Par exemple les cordelettes placées sur la tête des mariés comme des couronnes, leur tête à tête béni (voir sur mon billet précédent) . Ci dessous c’est le prêtre qui enfile les alliances, signe du lien entre l’église et les mariés.

Voilà pourquoi, dans mon imagination, ils nous accompagnaient lors de notre visite du haut lieu de L’Église chrétienne arménienne, Etchmiazine, situé à 20 km à l’ouest d’Erévan.

Le Saint Siège de Etchmiazine

C’est un peu le « Vatican » de l’Eglise Arménienne. Le siège du Catholicos (universel), le patriarche de l’Eglise depuis le Vème siècle . En 314 après Jésus Christ l’Eglise chrétienne arménienne est religion officielle du royaume d’Arménie, depuis que le roi Tiridate s’est converti, convaincu par Saint Grégoire l’Illuminateur .

 

Entrée du Saint Siège, construite en 2001
C’est un lieu de promenade pour les Erévanais car leur ville n’est qu’à 20km. Le photographe est prêt pour les photos de famille
Les baptêmes se réalisent auprès du baptistère quelque soit le jours de la semaine
Saint Vartan le baptistère de Etchmiadzin; St Vartan est un chevalier arménien qui en 451, a défendu le droit de rester chrétien face aux perses.

Intérieur de la Cathédrale, lieu de pèlerinage

La cathédrale Saint-Etchmiadin, le plus ancien édifice chrétien d’Arménie

la Cathédrale en cours de restauration comme en 364, 484, au VIIème, 1627,  XVIIIème,puis XIXème.
Vue du gavit et de la tour. cathédrale de Etchmiadzine
Coupole

Les ruines de la cathédrale de Zvartnots

Avant de s’installer à Etchmiazine, le Catholicos de l’époque, (Nerses III le Bâtisseur), Patriarche de l’Eglise Arménienne, a fait construire une immense cathédrale à Zvartnots. Abandonnée après un tremblement de terre en 930, elle est retrouvé au XIX ème. Ce site est maintenant inscrit en 2000 au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Photo de mariage sur fond de ruines de la plus grande cathédrale du monde antique (642-662)
Le temple de Zvartnots est un monument exceptionnel d’architecture du monde. Il était l’une des plus hautes constructions du monde (45-49 mètres).
La salle circulaire à l’intérieur était ceinturée par une galerie, éclairée par des fenêtres rondes, alignées sur les murs. Les murs avaient au rez-de-chaussée 32 facettes, 16 au second et 8 au troisième. Le rez-de-chaussée éblouissait par ses riches ornements, mais ceux du second et du troisième, étaient plus modestes.

Et dire que ces constructions détruites en 930 par un tremblement de terre sont demeurées dans la terre pendant près de 20 siècles.

Retour aux sources de la religion arménienne.

Sur les traces de Saint Grégoire l’Illuminateur

Partout en Arménie on cite Saint Grégoire L’illuminateur comme l’évangélisateur de cette région, donc à l’origine de la chrétienté arménienne.

Petit historique :

Tiridate IV devient, en 298, roi d’Arménie. Le souverain désire restaurer les fêtes de la déesse Anahit (Tiridate est païen). Grégoire, qui est chrétien, exprime son mécontentement et n’accepte pas d’y participer. Le roi décide de le jeter dans une fosse à Khor Virap, qui sera appelé « Prison de saint Grégoire », où il reste emprisonné durant treize années. Puis Tiridate tombe malade et il décide de le libérer pour qu’il vienne le soigner. Grégoire le guérit miraculeusement.

Khor Virap, appelé « Prison de saint Grégoire »

Le monastère de Khor Virap au sud ouest d’Erevan au pieds du Mont Ararat
La pierre garde la mémoire de la dévotion à Saint Grégoire, dans la petite chapelle de Khor Virap
L’église Sainte Mère de Dieu
Intérieur de l’église principale (Ste Mère de Dieu) XVII ème
Ce lieu voit beaucoup de touristes, il est en photo dans tous les guides. Quelques marchands s’installent au bord du chemin par lequel on accède au complexe monastique. Celui là m’a interrogé avec ses deux pigeons en main…
La plaine dominée par le mont Ararat et bordée par le fleuve Araxe, tous situés en territoire turc

Cette plaine est bordée par la frontière avec la Turquie. Avec des jumelles on pourrait voir les barbelées installés par les militaires russes qui protège cette frontière en vertu d’un accord de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective initiée par la Russie . Voir aussi .

C’est une plaine fertile plantée principalement de vignes et d’arbres dont l’abricotier (le fruit de l’Arménie). Comme c’est le grenier de l’Arménie on cultive dans d’immenses serres les légumes destinés à la ville.









Une réaction au sujet de « Voyage en Arménie (suite 3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *