Une « bonbonnière » dans ma ville

Baptêmes , naissances …ces événements nous donnent l’occasion de franchir le seuil de cette « boîte à bonbons » dont la particularité est de faire des compositions en dragées. Les épis de blé que nous aimions offrir ou mettre au centre de notre table de fête avaient fait l’admiration de nos convives par leur originalité.

Et ces derniers mois, la naissance de trois petits enfants ont été l’occasion de retourner à « La Boîte à bonbons ». Malheureusement pour notre troisième petit, nous n’avons pu faire faire le cadeau souhaité, un nénuphar en dragées … « l’artiste » était souffrant. C’est ainsi que ma curiosité a été excitée et que dès son rétablissement, rendez vous fut pris pour rencontrer et surtout de voir travailler monsieur Didier Arnaud, propriétaire de cette maison et surtout artisan fleuriste « es’dragées ».

La boutique "La boite à bonbons" 8 rue d'Avignon à Orléans

La boutique « La boite à bonbons » 8 rue d’Avignon à Orléans

Une vitrine attirante pour l’œil et pour notre gourmandise

Plus »

Tous les jours, je vais acheter mes baguettes de pain à la Boulangerie de La Bolière, ouverte 364 jours par an !

Ce matin, exceptionnellement, je passe de l’autre coté du comptoir où madame Devisme et ses employées s’affairent pour servir leurs premiers clients, les lèves-tôt. Elles me guident vers l’ascenseur et je me retrouve au sous-sol dans les coulisses de la boulangerie.img_3000

Je traverse le laboratoire où deux pâtissiers s’appliquent méticuleusement à confectionner les viennoiseries et les pâtisseries réputées qui se retrouveront sur l’étal de la boulangerie.

Jean Michel Devisme m’accueille dans le fournil ; ce matin il est seul, son ouvrier est en congé comme tous les lundis. Jean Michel est là depuis 4 heures du matin. Dès les premières minutes en sa compagnie, je suis impressionné par l’activité qu’il déploie ; il « glisse » d’un lieu à un autre (il lui faudrait des chaussures à roulettes !). Entre le four électrique et les pétrins, il y a environ 15 mètres qu’il ne cesse de parcourir, alerté par différentes minuteries. Plus »

En descendant de Chamonix, entre Sallanches et Magland , regardez l’adret, le versant sud de la vallée et vous découvrirez au flanc de la montagne un coin de paradis, l’Arpenaz.

La vallée des Aravis

La vallée de l’Arve

Les portes s’ouvrent lentement sur ce gîte et vous êtes accueillis par Isabelle et Pascal. Plus »

Affiche du Salon

Affiche du Salon

Nous aimons visiter ce Salon annuel qui rassemble plus de 100 artisans d’art venus des six départements de la Région Centre. Il s’agit d’une heureuse initiative du Conseil régional.

Un Salon vaste et agréable à parcourir

Un Salon vaste et agréable à parcourir

Je pense que les exposants y trouvent leur intérêt en passant 3 jours au Parc des Expo d’Orléans pour se faire connaître, faire partager leur passion et pour certains vendre. D’autre part nous visiteurs nous pouvons découvrir de l’artisanat et des artistes inhabituels. Ce Salon est un moyen économique pour parcourir les six départements de  la Région en quelques centaines de mètres. Nous observons que les artisans viennent en majorité de minuscules communes de notre magnifique région même si nos grandes villes abritent également leurs ateliers. Je suis aussi très étonné de voir l’enthousiasme avec lequel les femmes et les hommes artisans parlent de leur production et souvent nous démontrent leur savoir faire .

C’est donc un moment de bonheur pour les yeux et aussi pour le cœur que j’ai le plaisir de vous faire partager en images dans les pages qui suivent.

Que les amis qui ont accepté que je diffuse sur ce blog leur photo et celles de leur production, malgré les risques d’être copié, soient remerciés.

Au commencement il y a l’apprentissage .

Une des particularités de ce Salon est qu’il fait office d’une opération régionale de portes-ouvertes pour les lycées des métiers d’arts de la Région. J’espère que ces stands vont donner des idées aux jeunes en recherche d’un métier-passion .

La lutherie au lycée Georges Sand de La Châtre dans l'Indre

La lutherie au lycée Georges Sand de La Châtre dans l’Indre

Bijouterie-Joaillerie au lycée Jean Guehenno à St Amand dans le Cher

Bijouterie-Joaillerie au lycée Jean Guehenno à St Amand dans le Cher. A noter que cette formation mène aussi à des métiers qui réclament précisions et technologies de pointe.

J’ai remarqué que ce Salon est un lieu de rencontres privilégiées entre artisans…et aussi entre jeunes de lycées des métiers et artisans reconnus et installés.

Rencontre un jeune apprenti luthier et un sculpteur.

Rencontre un jeune apprenti luthier et un sculpteur.

Nos découvertes

Aline Contamine de Sully sur Loire redonne une nouvelle vie aux meubles de cuisine de nos parents…tout un programme. Et puis sa gentillesse et son style en ont attiré plus d’une et plus d’un (y compris la presse locale !). Son site : mamzellerebentthine.com

Aline Contamine  Peintre en décor

Aline Contamine
Peintre en décor

IMG_3434

Nous connaissions la marqueterie en bois, en feuilles d’arbres ou en pétales de fleurs, mais en vieux papiers de chiffons récupérés sur les brocantes ou les bouquinistes ….une première . C’est aussi la première fois que Madame Loesch expose à ce Salon pour lequel elle était organisatrice précédemment. Pour contacter  Elisabeth Loesch: elisabethloesch.free.fr

Elisabeth Loesch de Mer (L et C)  des décorations en vieux papiers de chiffons.

Elisabeth Loesch de Mer (L et C)
des décorations en vieux papiers de chiffons.

La beauté de cette femme en marqueterie en papier de chiffon a fait le tour du Monde.

La beauté de cette femme en marqueterie en papier de chiffon a fait le tour du Monde.

Uns soierie près de Tours ! Ce soyeux régional tisse la fibre royale pour les mobiliers historiques et aussi pour de riches amateurs de velours de soie anglos-saxons. Pour installer le petit métier à tisser présenté au Salon, il a travaillé deux jours entiers. Dans son atelier  l’installation de la trame demande plus de deux mois de travail avant de commencer le tissage proprement dit… Contact : soierievaldeloire@orange.fr

Le métier à tisser de Christian Guillon

Le métier à tisser de Christian Guillon

Matière première venue d'Orient...

Matière première venue d’Orient…

Alice Deloule est maquettiste d’art à Veigné (I et L). Elle travaille le carton. Curieux ces minuscule objets  colorés que je n’ai pu photographier en gros plan. L’artiste travaille aussi pour des designers dont elle fabrique à l’échelle les esquisses. C’est mieux que la 3D de l’ordinateur trop virtuelle. Par exemple elle réalise les maquettes en utilisant les mêmes processus de fabrication, par exemple les pliages, les assemblages, que ceux  qui seront réalisé en fabrication industrielle. Une découverte pour moi !!! Site : alicedeloule.com

Alice Deloule devant ses œuvres d'art.

Alice Deloule devant ses œuvres d’art.

Nancay, ce village que nous traversons régulièrement pour ous rendre à Bourges nous intrigue par ses boutiques et ses galeries d’art. Pourquoi une telle oasis artistique dans la forêt solognote ? Et voilà que nous rencontrons à ce 10ème salon un de ces artistes installé là au Salon Régional entouré de laques remarquables. Site : remimaillard.com

Remi Maillard

Remi Maillard

IMG_3415Des rencontres inattendues

Site de Sandra Grimaud très agréable et à l’image de l’artiste : http://sandra-grimaud.wix.com/sandragrimaud

Colette chez Sandra Grimaud, sculpteur céramiste

Colette chez Sandra Grimaud, sculpteur céramiste

Sandra Grimaud est sculpteur céramiste à Pernay (I et L)

Sandra Grimaud est sculpteur céramiste à Pernay (I et L)

Site de Marie Wolf : marie.wolf.free.fr

Dentelle sculptée, une œuvre  de Marie Wolf d'Orléans qui a reçu le prix coup de coeur des exposants de ce Salon

« Dentelle sculptée », une œuvre de Marie Wolf d’Orléans qui a reçu le prix coup de cœur des exposants de ce Salon

Ce Salon révèle de nombreux autres artisans-artistes dans la mode, la céramique, le bois, la pierre, les luminaires, le métal, le verre, l’horlogerie, la joaillerie, tous remarquables. Merci à la Région Centre qui nous offre tant de richesses à découvrir et à rencontrer.

Ma région Centre cache des trésors ; sur ce billet je vous emmène à Romorantin, ville du Sud du Loir et Cher au Musée Matra .

Il y a plusieurs années, j’ai eu l’occasion de suivre (aider et soutenir)  en tant que permanent régional , l’équipe syndical de ce pays de Romorantin. La plupart des adhérents venaient de Matra Automobile et ce sont eux qui m’ont fait partager dans les années 85-90 leur fierté (et de temps en temps leur difficultés de travailler chez Matra . A ce moment là la production de l’Espace était sur une courbe ascendante et fabriquer ce fleuron de la technologie française était enthousiasmant .

Depuis la fabrication de l’Espace a été transporté chez Renault à Sandouville et le bassin d’emploi a été déclaré sinistré suite aux très nombreux licenciements. Dans la presse régionale j’ai lu le combat des salariés pour préserver leur emploi (surtout chez les sous traitants) et les différentes recherches des élus et responsables économiques pour trouver d’autres activités. Depuis sept 2004 une entreprise Matra ( Matra Manufacturing et Services) produit à  Romorantin des vélos électriques .

Le musée Matra fait revivre , sûrement très succinctement pour celles et ceux qui les ont vécu, les 30 années de rayonnement, 1970 à 2003.

Ne cherchez pas ce Musée sur un des anciens sites de Matra ! Vous le trouverez dans le centre ville, dans l’ancienne usine Beaulieu, désaffectée depuis 1983, fin de la fabrique de la plus célèbre caméra française. A l’intérieur, une plaque et une petite vitrine rappellent ce passé glorieux de la mécanique de haute précision, de l’outil de travail de nombreux reporters cinéma dans le monde.

Photo Internet

Photo Internet

J’ai retrouvé sur le Web qu’une exposition temporaire avait eu lieu ici il y a quelques années, et je vous en communique le lien : cliquez ici

Le musée Matra s'est installé dans l'ancienne usine des caméras Beaulieu.

Le musée Matra s’est installé dans l’ancienne usine des caméras Beaulieu, fabriqué ici entre 1960 et 1983.

Deux raisons principales caractérisent l’intérêt de ce Musée, le rappel des courses automobiles où la technologie Matra s’est illustrée et l’histoire d’un pan de l’industrie automobile avec la conception et la fabrication du premier monospace français.

La première voiture de course aux couleurs bleu dans la compétitions et des noms prestigieux .

Début en formule 2 le tremplin pour la F1

Début en formule 2 le tremplin pour la F1, ici avec JP Belletoise qui gagna de nombreuses courses en 1969

Jean Luc Lagardère a souhaité que Matra gagne en F1 avec des grands noms du sport automobile son écurie remportera 124 victoires.

Jean Luc Lagardère a souhaité que Matra gagne en F1 avec des grands noms du sport automobile son écurie remportera 124 victoires.Avec cette voiture Jackie Stewart remportera en 1969 le titre mondial.

 

Matra présent aussi dans les grands rallyes de cette époque

Matra présent aussi dans les grands rallyes de cette époque

Prototype pour gagner Le Mans

Prototype pour gagner Le Mans (1969)

 

1972, Pescarolo et Hill gagnent les 24h du Mans

1972, Pescarolo et Hill gagnent les 24h du Mans. Ici sur le même chassis  en 1973

IMG_9974

1994 Prototype d’un Espace de compétition

Espace équipé

Cet Espace F1 est équipé d’un V10 de 820ch . Avec ce modèle on approche les 300 km/h

L’odyssée de l’Espace

Ce titre je ne l’ai pas inventé !!! mais découvert sur un panneau explicatif du Musée.

La production des voitures de série par Matra à Romorantin a commencé principalement en 1973-80 par la Baghéra, coupé 3 places puis en 73-74 la Rancho tous chemins . Ces véhicules préparent le terrain de l’Espace . A partir de 1984, avec le partenariat de Renault cette voiture sera construite à 874 242 à Romorantin. De nombreuses nouveautés technologiques accompagneront cette révolution automobile (galvanisation des châssis, carrosserie polyester, arbre de transmission intégral en carbone-kevlar, etc…).

IMG_9954 - Version 2

Un des premiers modèles d'Espace Quadra

Un des premiers modèles d’Espace Quadra

Signature des Matra sur le 500 000 ème exemplaire

Signature des 3600 collaborateurs de l’époque sur le 500 000 ème exemplaire

1991

Sortie en 1991

 Dans les archives des prototypes…mes surprises

1992 Voiture électrique de compétition pour le Rallye de Suède. 150km/h

1992 Voiture électrique de compétition pour le Rallye de Suède. 150km/h

 

La Zoom, voiture pliable et électrique ! Après 1984

La Zoom, voiture pliable et électrique ! Après 1984

Et bien d’autres innovations qui m’ont échappé, je ne suis pas féru d’automobile.

J’aurai aimé que ce Musée montre plus les hommes et les femmes qui ont oeuvré anonymement dans les ateliers comme dans les bureaux . Certes des grands noms, ceux des coureurs, des ingénieurs, des patrons, sont associés à cette odyssée mais cela n’a pu être accompli que par le travail de milliers de collaborateurs. Quelques photos d’ateliers auraient permis de leur rendre hommage. A quand un éco musée ?

 

Vue générale de la mosquée en construction

Vue générale de la mosquée en construction

La construction d’un nouveau de lieu de culte est exceptionnel dans notre société et dans nos quartier. L’église de mon quartier a été édifiée dans les années 70 et son clocher érigé en 2000. Les promoteurs de cette édifice avait rêvé que ce nouveau lieu de culte soit multiconfessionnel mais les musulmans ont été de plus en plus nombreux et une mosquée semblait nécessaire.

Depuis deux ans la mosquée est en construction dans mon quartier. Les fidèles musulmans l’attendent impatiemment. Depuis de nombreuses années ils pratiquent dans les salles de prières précaires et exigus, sous des bâches, dans des lieux prêtés par la mairie. Une association a été créée, des dons, parfois des petites sommes faisant des montagnes ont permis la réalisation de cette mosquée.

D’après le Président de l’association Annour , maître d’oeuvre, cette nouvelle mosquée devrait être inaugurée en fin d’avril 2014. Sur sa page Facebook, Mosquée Orléans sud, j’ai vu de nombreuses photos de la construction, des ouvriers travaillant dans le voisinage m’ont louangé l’intérieur des lieux, alors la curiosité m’a pris…. Rendez vous avec le Président, accueil chaleureux, recommandations de limiter les photos générales pour laisser la surprise aux fidèles et personnalités à l’occasion de l’inauguration. Ce qui m’intéressait en priorité était de photographier le menuisier décorateur dont on m’avait recommandé son oeuvre. Plus »

Je n’imaginez pas tant d’utilisation du verre dans l’industrie et par conséquence pour les objets usuels.

Depuis la nuit des temps le verre a été utilisé pour contenir des produits. Je me souviens d’avoir vu au Musée National de Beyrouth (magnifique) les premiers flacons fabriquées par les Phéniciens (ils auraient inventé le soufflage du verre), datant du 1er siècle après JC.

Le Musée du verre et de ses métiers.

Le Musée de Dordives (Loiret) que nous avons visité dernièrement, affirme que les premiers verriers étaient les égyptiens .

Le musée de Dordives nous a rappelé que l’est de notre région avait développé une industrie verrière très importante. Nous sommes à quelques kilomètres des carrières de sable recherché dans le Monde entier pour sa pureté . Proximité du matériau principal, proximité de Paris tout était favorable au développement de cette industrie.

Les usines de Bagneaux à quelques kilomètres de Dordives "souvenirs" de cette industrie florissante.

Les usines de Bagneaux à quelques kilomètres de Dordives « souvenirs » de cette industrie florissante.

Situation des carrières en activité au sud de la forêt de Fontainebleau

Les taches orange montrent les carrières en activité au sud de la forêt de Fontainebleau

Situation géographique de Dordives et de Bagneaux

Situation géographique du Musée de Dordives et des usines de Bagneaux (rectangle noir)

Dans la première moitié du 20eme siècle, la verrerie principale a acheté de l’invention d’un américain pour fabriquer le PYREX. Il s’agit d’un verre rendu  plus résistant aux différents chocs thermiques.

Des générations de bébés ont profité du biberon en Pyrex.

Des générations de bébés ont profité du biberon en Pyrex (au fond).

Du temps où l'on faisait bouillir le lait, l'anti monte lait Pyrex était indispensable, pour ne pas faire sauver le lait.

Du temps où l’on faisait bouillir le lait, l’anti monte lait Pyrex était indispensable, pour ne pas faire sauver le lait.

Cette exposition donne la priorité au savoir faire exceptionnel des ouvriers verriers. Nous découvrons toute l’importance du travail du verre pour confectionner des instruments indispensables à la recherche dans de nombreux domaines principalement des fluides. On a l’impression que sans ces objets aux formes très compliquées nos chercheurs n’auraient pas réussi leurs expériences.

IMG_8317 IMG_8316

Dans cette exposition nous découvrons également que la radio (les lampes) et la télévision (écran cathodique) doivent beaucoup à l’industrie du verre. Sans les isolateurs en verre au somment des pylones la distribution de l’électricité n’aurait pas été possible.

IMG_8300 IMG_8305

Pour les verriers aussi l’ outil de travail et les différentes méthodes de travail ont évolué pour réaliser ces prouesses. Plusieurs panneaux montrent le Travail. Naturellement le soufflage qui semble avoir été la base de cette activité est mise particulièrement en valeur.

Diverses outils

Diverses outils

J’ai beaucoup apprécié que la vie des hommes et des femmes  soit mis en évidence, les accidents de travail, les salaires et également leurs loisirs principalement sportifs. Une vidéo et un document complètent cette partie du musée certes moins spectaculaires mais aussi nécessaires.

Les blouses des ouvrières, les valises des colonies de vacances, les coupes des équipes sportives.

Les blouses des ouvrières, les valises des colonies de vacances, les coupes des équipes sportives.

Après s’être fait outil des chercheurs, moyen de diffusion, objets de la cuisine, biberons, le verre se fait artiste.

Plusieurs vitrines et une exposition temporaire exposent des oeuvres d’art contemporain . Notre admiration est à son comble pour découvrir ces nouvelles facettes du verre.

"La naissance du Monde" d'Yves Borrel

« La naissance du Monde » d’Yves Borrel

Détails de "La naissance du Monde"

Détails de « La naissance du Monde », matières colorées, matières transparentes, toutes se jouent de la lumière.

IMG_8334

...même sur notre table !

…même sur notre table !

Au coin de la Rue de la Republique et celle de la Bretonnerie, à Orléans, vient de se créer un lieu de plaisir pas comme les autres.

IMG_7412

 

Il s’agit d’un lieu de plaisir pour les yeux …. En franchissant la porte, dans un environnement de salle de spectacle, murs et plafond de couleur noire, parquet raffiné, une symphonie de couleur et de forme nous envahit.

La particularité de ce lieu de plaisir pour les yeux est que nous avons la possibilité de consommer, en fonction de nos désirs nous pouvons acheter les oeuvres . C’est extraordinaire qu’à Orléans, ville quelque peu puritaine, un tel lieu de débauche (de couleurs…) se soit créé en plein centre ville, à proximité du tram et sur le passage de celles et ceux qui « font la rue de la Rep » !

Sur la rue de la République

Sur la rue de la République

Au passage du tram

Au passage du tram

 

Mais quel est donc l’orléannais qui a eu cette audace ?

En entrant dans la galerie, le maître des lieux m’accueille chaleureusement, et rapidement je le reconnais ;  il s’agit de Yannick qui officiait il y a quelques mois encore dans le seule échoppe de disques de la ville. Cette boutique représentante d’un label mondialement connu, s’est éteinte courant juillet, victime d’Internet ( la vente en ligne de musique) .

Dommage, nous y étions si bien renseigné, besoin de nom de l’auteur de l’oeuvre  musicale entendue le matin à la radio, Yannick en donnait la réponse et installait sur sa platine le disque convoité. Je n’aurai plus de CD en cadeau de Noël , Yannick le conseiller musical de mon épouse n’est plus là…

En effet c’est lui qui a, tout naturellement, eu l’idée d’ouvrir à Orléans cette galerie d’art sous la marque Yellowkorner.

Renseignements pris , je découvre que nous disposons d’une des 60 galeries Yellowkorner installées dans le Monde; une galerie vient de s’ouvrir à Beyrouth ( information destinée a mes lecteurs libanais) .
La première a été créée, il y a moins de 6 ans à Paris rue des Francs Bourgeois dans le Marais.
Je viens de lire un détail… l’un des créateurs est originaire du Loiret ; ce serait dans le train qui le ramenait à Paris, qu’il a rencontré Yann Arthus Bertrand l’un des premiers photographes exposé.

Yannick poursuit ici, sa passion de faire découvrir le beau et la qualité comme il le faisait dans sa boutique labellisée de la rue Jeanne d’Arc.

Il m’explique le concept Yellowkorner ; les photographies sont réalisées par des artistes de toutes les nationalités, les grands formats sont tous numérotés.

Plus loin, mon attention est attirée par la mention « dernier exemplaire » pour trois « tableaux photographiques » grands formats ; j’apprends que Yellowkorner Orléans est la seule galerie dans le Monde, possédant encore et offrant à la vente ces chef-d’oeuvres .

Yannick met l’accent également sur la qualité de l’impression artisanale des tirages photographique .

Yannik explique à des clients, le concept, les présentations, etc...

Yannik explique à des clients, le concept, les présentations, etc…

Le rez de chaussée

Le rez de chaussée

Détail de la présentation des collections

Détail de la présentation des collections

Ambiance différente à l’étage, de la couleur et aussi des superbes noir et blanc

 

A l'étage liaison entre les tableaux et le jour déclinant par la fenêtre

A l’étage liaison entre les tableaux et le jour déclinant par la fenêtre

Une fois ces explications faites, je parcours les « allées » et monte à l’étage de ce lieu pas comme les autres.

Je me sens bien dans cette profusion de beau admirablement mis en valeur et très soigné . Bravo à Yannick et à son équipe . J’espère que grâce à eux, quelques bureaux et intérieurs orléannais seront décorés si agréablement.

 

Présentation soignée pour production de valeur.

Présentation soignée pour production de valeur.

 

 

 

 

Ils fabriquent de leurs mains et veulent être reconnus.

De retour d’un WE en Dordogne, sur la route venant d’Angoulème, à l’entrée d’Aixe sur Vienne, un magasin d’usine de porcelaine.

plan

Curieux nous entrons dans cette boutique et très vite nous nous apperçevons qu’il s’agit aussi d’une petite usine où l’on fabrique la célèbre porcelaine de Limoges.

L’accueil est chaleureux et il n’y a aucune difficulté pour que mon appareil photo et moi aient rencontrer les ouvriers en pleine activité (ils sont 7, chef d’équipe, ouvrière et ouvrier, techniciennes). Je suis d’ailleurs étonné par leur disponibilité . Nous sommes pourtant dans un des derniers hauts lieux de la création et de la fabrication manuelle du Limoges. Voir le site .

logo

 

Le kaolin est travaillé et injecté liquide et en pression dans les moules. Le moule est rempli quand le deuxième trou déborde.

Le kaolin est travaillé et injecté liquide et en pression dans les moules. Le moule est rempli quand le deuxième trou déborde.

Après plusieurs heures la pièce est démoulée et séchée sur des étagères (pièce crue).

Après plusieurs heures la pièce est démoulée et séchée sur des étagères (pièce crue).

Les bavures de démoulage après une première cuisson.

Les bavures de démoulage après une première cuisson.

Chaque pièce est reprise pour être estampillée et ébavurée avant émaillage (à voir aussi dans la vidéo).

Chaque pièce est reprise pour être estampillée et ébavurée avant émaillage (à voir aussi dans la vidéo).

un des trois fours de cuisson

un des trois fours de cuisson

Pièces en attente d'émaillage

Pièces en attente d’émaillage

Rencontre en 2 minutes de vidéo

http://youtube.com/watch?v=x2KdNjXiLS4

 

Certaines pièces sont peintes...

Certaines pièces sont peintes…

 

Ces pièces sont prêtes pour une nouvelle cuisson.

Ces pièces sont prêtes pour une nouvelle cuisson.

Un autre four...

Un autre four…

 

Les feuilles de Jacques Pergay...

Les feuilles de Jacques Pergay…

IMG_4543

IMG_4534

Pour profiter d'un savoir faire ....

Pour profiter d’un savoir faire ….

Merci à toute l’équipe de Jacques Pergay pour leur accueil et pour leur amabilité et bonne chance à l’entreprise made in Limoges.

 

A ma petite fille,

L’autre jour, nous sommes allés voir le film  « La Maison de la Radio »,  j’ai beaucoup pensé à toi, qui t’oriente après ton bac vers un métier lié au journalisme. S’il est à l’affiche dans ta ville, va y , certes ce n’est pas un film d’action mais il s’agit d’un brillant documentaire qui présente l’action des journalistes dans la Maison de la radio, cet ensemble de l’ouest parisien qui regroupe les différentes radios de Radio France.

Tu y trouveras comment ce métier est passionnant même si ce que filme Nicolas Philibert, le documentariste  est loin de ce que nous voyons régulièrement dans les super-productions de reporters de guerre.

Exceptionnellement, la caméra de Philibert  n’est sorti de l’immeuble que deux fois, une fois sur la moto du journaliste qui suivait le Tour de France et l’autre fois dans la tribune d’un match de foot.

Quel bonheur de découvrir ces personnes que nous écoutons régulièrement à la radio sur France Inter, sur France Culture ou sur France Bleue. Il n’est pas rare maintenant de voir leur photo sur la pub pour la promotion de la radio, mais là nous pouvons les observer dans leur travail quotidien, pour préparer un flash, une émission . Sympa aussi de vérifier grâce à ce film la représentation que l’on en avait rien qu’à entendre leur voix, il y a eu des surprises …

Philibert, aime nous montrer la passion. Il l’avait fait magistralement dans « Etre et avoir », en nous faisant vivre et vibrer avec l’instituteur et ses élèves d’une classe de primaire.

Dans « La Maison de la radio » il nous fait témoins, sur une période de 24h, de tous les métiers de cette Maison. Dès le matin il nous fait découvrir que certains journalistes se lèvent à 3h tous les matins, pour préparer leur matinée d’information. Dans la nuit nous partageons un peu la solitude des animateurs qui veillent avec les auditeurs couche-tards ou travaillant la nuit.

Nous comprenons mieux en voyant travailler ces femmes et ses hommes l’importance de la radio, ce médium relativement nouveau (100 ans) dans nos vies.Ce qui m’a plus plus touché est la passion qui anime ces professionnels pour que leur travail soit impeccable. On pourrait penser qu’ils sont perfectionnistes mais ils sont d’abord passionnés par leur métier. Par exemple, tous les mots des flashs horaires d’information sont pesés, tous les faits annoncés sont vérifiés et évaluer selon les moments (séquence du stagiaire et la responsable du service). Il y a aussi tous ses spécialistes du sons qui arrêtent tout enregistrement de peur que l’on entende les bruits du marteau piqueur et qui reprennent ensuite. On aurait dit un concerto pour marteau-piqueur et orchestre.

Voilà un beau film, qui n’aura peut être pas le succès de « Etre et avoir », mais s’il pouvait nous permettre de démystifier ce métier passionnant mais très exigeant.  Enfin le moment d’émotion intense a été pour moi la découverte de Laetitia Bernard , une des  présentatrices de flash d’info : sa dextérité sur le clavier braille et sa voix claire au micro force l’admiration.

Un regret ! Philibert ne nous a montré que très occasionnellement le travail des techniciens ; ils sont pourtant indispensables à la diffusion de ce travail de bénédictin. Quand ils font grève tout s’arrête et l’ énorme travail de préparation semble perdu… L’excellente musique  passée en continue  ne changera rien . Dommage !

Malgré cela,  Philibert m’impressionne par sa capacité à filmer sur le tas (donc sans possibilité de « refaire ») les détails de la vie de ces femmes et ses hommes, dans leur travail avec leurs émotions, leurs bonheurs principalement. Ca change des documentaires qui ne montrent que les difficultés comme l’excellent documentaire sur les salariés de Florange à la télé l’autre soir. Il faut les deux ! Le principal étant pour moi de passionner l’auditeur ou le spectateur pour le pousser à être un peu acteur et citoyen, c’est ça pour moi le journalisme.

Bref !  je te souhaite d’avoir un métier passionnant et si possible qui fasse partager cette passion !

L'affiche de "La maison de la Radio"...cette grande chanteuse est invitée comme nous dans cette Maison de la voix et du son.

L’affiche de « La maison de la Radio »…cette grande chanteuse est invitée comme nous dans cette Maison de la voix et du son.