L’Archéologie destructrice à Silwan…

Après le Mont Sion notre dernière étape hors les murs de la vieille ville de Jérusalem (2ème jour de notre séjour) a été Silwan. Silwan est une ville de Jérusalem Est en Territoire palestinien selon les derniers accords de paix.

Carte Google Earth

Carte Google Earth

Nous sommes au sud de la vieille ville à quelques centaine de mètres des murailles de Jérusalem.

Silwan, Jérusalem Est

Silwan, Jérusalem Est

Silwan

Silwan

Comme toutes celles de la région de Jérusalem Est , cette ville de 50000 habitants est convoitée par Israel ; des colons juifs continuent à s’y installer.

Pour l’Etat juif, il s’agit de réaliser le Grand Jérusalem. Plusieurs moyens sont utilisés pour que les palestiniens quittent ces quartiers, la destruction de leurs maisons sous prétexte qu’elles ont été construites sans autorisation (démolition administrative) ou qu’elles se situent sur un terrain non cadastré. La suppression des services publics est une autre méthode : nous avons vu le bureau de poste près de la  porte d’Hérode transformé en commissariat de police israélien.

A Silwan les israéliens utilisent un autre stratagème, ils attaquent par de sous sol ….

En effet les archéologues israéliens estiment que le sous sol de Silwan enferme des trésors d’histoire. Au sud du mur d’enceinte de Jérusalem, les israéliens ont construit un complexe archéologique appelé Cité de David . Ainsi les juifs retrouveraient les racines de leur État.

Malheureusement depuis des siècles cette région est habitée . On retrouve ce phénomène  dans plusieurs sites historiques dans le Monde . Des villages sont déplacés ou plus progressivement les archéologues achètent les terres nécessaires.

Ici les archéologues israéliens ( ils sont seuls habilités maintenant) ne se soucient pas des habitations d’un peuple dont il faut se débarrasser pour des raisons religieuses et politiques, ils creusent en sous sol et régulièrement les maisons s’effondrent . Et tout naturellement les familles quittent la ville .

Régulièrement les jeunes se révoltent et la répression s’abat sur eux et leurs familles. Les jeunes hommes et souvent des jeunes enfants sont emprisonnés . Dans de nombreuses familles, le père ou un enfant est en prison.

Notre route s’est arrêtée dans les locaux de Wadi Hilweh Information Center, l’association qui aide ces familles, .

Entrée du Centre Wadi Hilweh Information Center

Entrée du Centre Wadi Hilweh Information Center

Jouad, un des responsables, nous a présenté l’action de son association . Ils ont établi une carte de leur ville  sur laquelle ils ont répertorié les maisons détruites, les excavations en cours, les maisons confisquées, ou devenues insalubre a cause d’un sous sol instable.

Jouad devant la carte établie par l'association

Jouad devant la carte établie par l’association

Il reçoit les groupes de touristes pour dénoncer la manœuvre des israéliens. Un touriste peut comprendre que la recherche archéologique, même pour mettre à jour des joyaux ne peut pas faire fi des populations existantes. Pour Jouad l’information est essentielle .  Il attend que nous témoignons de cette immense injustice dont ils sont les victimes .

Jouad avec son association œuvre directement pour soutenir les familles des enfants emprisonnés. Un avocat travaille avec cette association pour défendre les familles des enfants  emprisonnés. Le centre dénonce également les tortures affligés sur les enfants (des photos montrent les méthodes de torture utilisées par l’occupant ).

Comme toutes les associations palestiniennes que nous avons rencontrés pendant notre séjour, la priorité va aux loisirs et l’éducation des jeunes. A Silwan, 50 000 habitants il y a seulement 8 écoles primaires. Leur local est ouvert aux jeunes et deux animateurs  y travaillent.

IMG_5562

Pendant combien de temps Jouad demeurera ici ? La veille de notre visite il était allé manifester à Jérusalem et chaque fois il risque d’être « embarqué »…Pendant combien de temps ce local rafistolé tiendra, les israéliens creusent en permanence. D’ailleurs le lendemain de notre passage une maison voisine s’est effondrée…

Je pense souvent à Jouad, il nous avait paru fatigué. Que faire pour le soutenir ?

Des dons ? Il déclare n’en avoir pas besoin ; leur maison est assez « luxueuse » car elle est toujours debout pour accueillir les enfants perdus de Silwan . Peut être faire comprendre à la communauté des historiens et des archéologues que des vielles pierres valent toujours moins que les hommes .L’archéologie est au service de la science et non à celui d’un nationalisme religieux dominant. Consultez le site de Wadi Hilweh Information Center, un archéologue israélien dénonce le caractère idéologique des recherches et une pétition est lancée par une ONG de chercheurs internationaux.









Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *