Monique, cubaine d’adoption

Monique, cubaine d’adoption

 

Ces enfants qui chantent en français sont cubains.Cette chorale a été  à l’initiative de Monique Peanchau.

Nous avons rencontré cette française, cubaine d’adoption, lors de notre séjour à Cuba à l’occasion d’une  réception  donné par l’ICAP (Institut Cubain pour l’Amitié entre les Peuples) de La Havane le 4 novembre 2014.

Après quelques discours des différents responsables cubains et français, les organisateurs nous ont offert un  concert  dans lequel se sont produits la chorale de l’école de voix d’enfants créée par Monique et  un groupe de chanteurs d’opéra récemment victorieux d’un concours international .

Monique Peanchon
Monique Peanchon

L’histoire de Monique

A Cuba,  l’anglais  est enseignée dans les  collèges et lycées en deuxième langue . C’est seulement lors de leurs études supérieures et selon leur cursus, que  les étudiants apprennent le français.

Commencer plus tôt l’apprentissage de la langue de Molière est donc très bénéfique .

C’est pourquoi l’Alliance Française, de La Havane, a accueilli avec intérêt la proposition d’une française Monique Peanchau, récemment arrivée à Cuba.

Ceci se déroule il y a 20 ans .

Précédemment Monique travaillait  à Paris au Crédit Lyonnais…

Ayant fait le choix de changer sa vie, elle  traverse l’Atlantique pour Cuba.

Sans travail, Monique décide de se rendre utile aux enfants cubains. Elle a observé que la musique est partout dans l’île dès le plus jeune âge. Elle conçoit donc un apprentissage de la langue par le chant, une méthode active et ludique.

A partir de nos chansons enfantines, les enfants découvrent les mots simples qu’elles contiennent ; « les enfants ne se limitent pas à la phonétique des mots comme les chanteurs qui interprètent en n’importe quelle langue, ici on en profite pour leur expliquer le sens de chaque mot ». Progressivement  ils découvrent notre langue et sa culture, ils seront prêts pour continuer des études supérieurs avec le français.
Nous pouvons témoigner de la compétences des guides rencontrées , elles parlent un français excellent et en plus, leurs connaissances de notre culture (littérature, peinture, histoire ) et de notre quotidien leur permet de donner les meilleurs explications.

2000 enfants ont bénéficié de cet enseignement pas comme les autres. Monique profitant de ses attaches parisiennes, a  même convaincu le Sénat français comme partenaire.

En discussion avec un des ses amis français, Paul Lestrade, fondateur de France-Cuba
En discussion avec un de ses amis français, Paul Lestrade, fondateur de France-Cuba

Monique n’est plus seule sur cette initiative, plusieurs artistes-musiciens cubains collaborent avec son école ; des jeunes professeurs poursuivent son œuvre et l’avenir de l’école est assurée. C’est pour cela que Monique a pris sereinement sa retraite. La rumeur dit qu’elle poursuit sa mobilisation pour son pays d’adoption en ….accueillant les chiens errants de la ville dans sa maison de la campagne cubaine !

 Encore une chanson …aux paroles qui sonnent juste ici à Cuba, l’île métisse.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *