Marcilhac, au bord du Celé, la boulangerie.

Marcilhac, au bord du Celé, la boulangerie.

Nous remontons la vallée du Celé un affluent du Lot, entre ses falaises du causse du Quercy.

La vallée du Celé à Marcilhac
La vallée du Celé à Marcilhac

marcilhac

Dans ce village de 300 habitants, une abbaye cistercienne du 11ème siècle domine les maisons ressérées autour d’elle. Malheureusement cette abbaye prospère jusqu’au 14ème n’est plus que ruine.

Nous parcourons les vestiges et on se croirait a Cluny , des pieds de piliers monumentaux, des chapitaux ornées, certains encore visibles d’autres ont subi  le temps et retournent à leur origine  .

Les piliers nous font imaginer la grandeur et la splendeur de cet édifice.
Les piliers nous font imaginer la grandeur et la splendeur de cet édifice.
Certains chapiteaux sont encore très évocateurs
Certains chapiteaux sont encore très évocateurs

Une petite chapelle semble avoir été presevee pour accueillir les pèlerins de St Jacques de Compostelle.

L'ancienne salle capitulaire
L'ancienne salle capitulaire
Quelques chapiteaux qui ornent cette salle capitulaire
Quelques chapiteaux qui ornent cette salle capitulaire

Tout autour des ruines de l’abbaye des maisons se blôtissent, je ne suis pas sûr les constructeurs ont été chercher la pierre très loin !

Le chevet de l'église abbassiale
Le chevet de l'église abbassiale

Après cette balade dans  l’imaginaire, nous allons tout doucement retrouver la vie sur les bords du Celé. D’abord le moulin à grain, toujours en activité puis à la boulangerie.

Facade du moulin à eau de Marcilhac (la farine du boulanger vient de ce moulin).
Facade du moulin à eau de Marcilhac (la farine du boulanger vient de ce moulin).

Nous faisons connaissance de la boulangère et du boulanger.

Monsieur et madame devant leur boulangerie.
Madame et monsieur devant leur boulangerie.

Ils sont là depuis 3 ans, ils viennent de la Somme. Ce sont leurs enfants qui les ont décidé à s’installer ici, dans cette région très agréable pour les vacances. Depuis les enfants sont repartis… et le boulanger et la boulangère sont restés et s’y plaisent bien . Mais espèrent  retourner dans le Nord à la retraite bien gagnée « pour la pèche en étang ! ».

Ils nous expliquent qu’ils pensent être bien intégrés par les habitants de ce petit village .  La boulangère à bord de son véhicule aménagé, fait sa tournée tous les matins dans les environs. Les gens apprécient beaucoup leur pain, ils ont des clients qui viennent de plusieurs kilomètres. Des parisiens achètent leur pain pour le ramener chez eux.

Les spécialistes doivent apprécier la texture de ce pain.
Les spécialistes doivent apprécier la texture de ce pain.

Pour rendre service, ils font aussi épicerie de dépannage. Aux beaux jours les visiteurs sont nombreux car la plage devant la boutique est très courue. La rivière le Cele est calme et très propice pour la baignade des enfants.

La discussion de va pas tarder , le boulanger doit se coucher pour être au fournil à 4h demain matin…

Nous repartons vers Cahors charmés par cette nouvelle rencontre avec « des gens heureux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *