Allers-retours Paris-Bandiagara

Allers-retours Paris-Bandiagara

Dernièrement je suis allé au Musée du quai Branly à l’exposition de l’art Dogon.

En septembre 2003, nous étions dans le pays Dogon.

Affiche de l'exposition du Quai Branly jusqu'au 27 juillet 2011.
Affiche de l'exposition du Quai Branly jusqu'au 27 juillet 2011.
Carte du pays Dogon au Sud ESt du Mali
Carte du pays Dogon au Sud ESt du Mali

Paris

Les objets exposés à Paris, Quai Branly m’ont rappelé les images que j’ai ramenées du pays Dogon.

Bandiagara

Nous avions réalisé cette excursion  à partir de Ouagadougou, au Burkina Fasso en septembre 2003 ; pour cela nous avons fait 600 km en 4×4 avec le chauffeur-guide de l’Agence Tourisme de Ouaga.

Paris

Le voyage à Paris, quai Branly au bord de la Seine est plus tranquille, il faut quand même réserver ses billets sur Internet pour éviter la file .

Je suis étonné par l’origine des oeuvres d’art exposées, elles viennent de France, de Belgique, de Suisse et beaucoup des Etats Unis. J’ai lu que la vente de ces objets avait été l’occasion d’un marché important dans les années 1960.

Il faut rappeler que la plupart ont été « volés » par des ethnologues célèbres à l’occasion de missions très officielles et ramenés en France.

Il est donc bon qu’une institution comme le Musée du quai Branly nous les redonne à admirer.

Figures aux bras levés, datées du XIV siècle, probablement une des plus anciennes venant des premiers habitants de la falaise.
Quai Branly. Figures aux bras levés, datées du XIV siècle, probablement une des plus anciennes venant des premiers habitants de la falaise.

Bandiagara

Ici dans les grottes, les tellems, premiers dogons, ont habité
Ici dans les grottes, les tellems, premiers dogons, ont habité

La falaise et ses maisons suspendues où les premiers dogons se sont réfugiés.
La falaise et ses maisons suspendues où les premiers dogons se sont réfugiés.
Au bas de la falaise, la plaine
Au bas de la falaise, la plaine

Paris

Homme au travail
Quai Branly.Homme au travail

Bandiagara

Le couturier
Le couturier
Création du bogolan
Création du bogolan dans le village de Ende
Femme N'duleri
Quai Branly.Femme N'duleri
Au bas de la falaise...
Au bas de la falaise...
Préparation du mil
Préparation du mil
Pileuse de mil
Quai Branly.Pileuse de mil
Pileuse de mil
Quai Branly. Pileuse de mil
Les différents villages que nous avons visités
Les différents villages que nous avons visités
Le seul accès pour le haut de la falaise vers Sangha
Le seul accès pour le haut de la falaise vers Sangha depuis les villages de la plaine
Volet de grenier
Quai Branly. Volet de grenier
Détail sur un grenier, fermé probablement par une porte traditionnelle
Détail sur un grenier, fermé probablement par une porte traditionnelle
Grenier
Grenier, les belles portes ont été vendues...
Le forgeron sculpte des serrures traditionnelles pour les touristes
Le forgeron sculpte des serrures traditionnelles pour les touristes
Un pilier de  toguna
Quai Branly. Un pilier de toguna
Un toguna, lieu des palabres pour le village
Un toguna, lieu des palabres pour le village

Sur le plateau, nous parcourons 25 km (en 2h sous une grosse pluie), pour rencontrer les dogons de Niongono, village perché sur un piton moins visité car il est en dehors des circuits touristiques.

Monsieur Adama Karembé, chef du village de Niongono, commune de Pignari.
Monsieur Adama Karembé, chef du village de Niongono, commune de Pignari.
Enfants entrain de jouer
Enfants entrain de jouer
Maternité, XVIII siècle
Quai Branly. Maternité, XVIII siècle
Maternité d'aujourd'hui
Maternité d'aujourd'hui

Au pays Dogon nous avons vu la vie quotidienne, mais ce qui a attiré les ethnologues comme Marcel Griaule c’est la vie spirituelle.

Aujourd’hui les musulmans sont présents comme dans tout le Mali, mais nous nous rappelons que ce peuple s’est réfugié ici poussé par l’avançée de l’Islam eux les animistes, les admirateurs de étoiles.

La cosmogonie, la magie et la divination impressionnera Marcel Griaule qui restera parmi eux plusieurs années. En remerciement, les dogons organiseront les obsèques de ce dernier selon leur tradition. La maison du chercheur est jalousement présentée aux visiteurs. Il est vrai que les villageois doivent à Marcel Griaule la construction d’irrigation pour la culture de l’oignon.

La maison où vit le prêtre du village, lieu sacré.
La maison où vit le prêtre du village, lieu sacré.
Entrée de la maison du Hogon, le prêtre du village
Entrée de la maison du Hogon, le prêtre du village
Figures humaines Tellem (XI et XVI siècle)
Quai Branly. Figures humaines Tellem (XI et XVI siècle)

Ce qui nous a le plus impressionné ce fut la visite de l’Auvent de Desplagnes à Songo.

Fragments de roche que les français ont brisé pour les ramener en France....
Quai Branly. Fragments de roche que les français ont brisé pour les ramener en France....
On peut rester des heures à regarder ces peintures et écouter leur signification. Elles sont repeintes régulièrement par les pères des enfants qui ont été circonscrits dans cette grotte (parfois à l'âge de 16 ans...).
On peut rester des heures à regarder ces peintures et écouter leur signification. Elles sont repeintes régulièrement par les pères des enfants qui ont été circonscrits dans cette grotte (parfois à l'âge de 16 ans...).
Le serpent, le lébé est au centre du rituel.
Le serpent, le lébé est au centre du rituel.
Le village de Sango
Le village de Sango, vu du auvent.

Retour à Sangha, pour d’autres rencontres, du tourisme dont l’approche des vendeurs d’artisanats.

Ces statues proposées à la vente laissent perplexe sur leur authenticité mais elles sont belles.
Ces statues proposées à la vente laissent perplexe sur leur authenticité mais elles sont belles.
Le facteur de Sangha, Gouno Dolo.
Le facteur de Sangha, monsieur Gouno Dolo.

J’ai appris que le Ministère des Affaires Etrangères nous interdisait ce pays (terrorisme dans le nord du Mali). Nous avons eu de la chance. Il ne reste plus qu’a retourner à Paris au musée du Quai Branly, jusqu’au 24 juillet 2011.

A la sortie de l'exposition, cette statue anthropomorphe de 210 cm, semble nous dire "à bientôt".
A la sortie de l'exposition, cette statue anthropomorphe de 210 cm, semble nous dire "à bientôt".








2 réactions au sujet de « Allers-retours Paris-Bandiagara »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *