Retour de Terre… sainte (Al Dheisheh)

Retour de Terre… sainte (Al Dheisheh)

Vivre en exil à Al Dheisheh, deuxième camp de réfugiés situé à Bethléem

Début de matinée, nous visitons le camp de réfugiés palestiniens de Dheisheh.

Carte Google Earth de Bethléem
Carte Google Earth de Bethléem

Dans ce camp, près de 10 000 personnes cohabitent, actuellement. Ce camp a été créé en 1949 pour regrouper , sur 1 ha, la population de 45 villages  situés à l’ouest de Jérusalem et de Hébron.

Liste des villages qu'ils ont dû quitter en 1949
Liste des villages qu’ils ont dû quitter en 1949
Les enfants connaissent le nom du village d'où leurs parents sont originaires, un moyen de conserver leur racines ..
Les enfants connaissent le nom du village d’où leurs parents sont originaires, un moyen de conserver leur racines ..
Dans le musée du centre culturel, la serrure de "la maison".
Dans le musée du centre culturel, la serrure de « la maison ».

Comme la veille à Aïda , nous sommes reçus par un des responsables du Comité Populaire ou du Centre Culturel IBDAA.

 

IMG_5911
Abdelhak* nous explique la difficile vie des occupants du camp

Ce responsable nous apporte quelques indications puis nous accompagnera à travers quelques ruelles du camp.

Les écoles sont gérées par l’ONU . 1500 élèves sont scolarisés dans les différentes écoles primaires du camp.

Pourquoi ce cahier d'école a été oublié là ? Malgré la difficulté d'apprendre (50 élèves par classe) le taux d'alphabétisation est plus fort que dans les quartiers hors des camps.
Pourquoi ce cahier d’école a été oublié là ? Malgré la difficulté d’apprendre (50 élèves par classe) le taux d’alphabétisation est plus fort que dans les quartiers hors des camps. Cet enfant est peut être en prison comme 100 enfants du camps en ce moment.40% des enfants du camp ont été emprisonnés par les militaires israéliens.

 

Et si ...
Et si …

Un seul médecin-généraliste soigne les habitants, il peut recevoir jusqu’à 200 malades par jour ! Régulièrement des personnes meurent faute de soin ou ne parviennent pas à l’hôpital à cause des barrages des militaires israéliens.

Ils souffrent également de coupures d’électricité très fréquentes et de manque régulier d’eau.

Ce responsable se montre critique vis à vis de l’UNRWA (ONU) qui ne fait pas suffisamment face aux besoins (santé et éducation) pour lesquels la Communauté Internationale l’a mandatée. Néanmoins il comprend qu’avec la multiplication des réfugiés dans le Monde, le budget pour son camp soit en baisse.

Les locaux de l'
Les locaux de l’UNRWA, dont un dispensaire. Au fond une des mosquées.

L' »organisation active »

Malgré toutes ces difficultés, Abdelhak* nous présente avec fierté « l’organisation active » qu’ils ont mis en place dans le camp.

Ils ont principalement porté leurs efforts en direction des femmes avec des ateliers de broderie et d’habillement traditionnel palestinien.

IMG_5916 - Version 2

Un nombre incalculable de trophées pour rappeler que le sport d'équipe est un des moyen de "l'organisation active".
Un nombre incalculable de trophées pour rappeler que le sport d’équipe est un des moyen de « l’organisation active ».

A entendre toutes ces réalisations collectives mises en œuvre grâce au Centre Culturel et au Comité Populaire,  j’ai l’affreuse pensée de me dire qu’un camp de réfugiés donne plus de possibilités à l’éducation, au sport, au développement que dans une ville normale…

Plus tard à mon retour, la lecture d’un rapport réalisé en 2002-2003 par des chercheurs français confirme cette impression ! Je vous recommande donc de lire cet intéressant travail (des enquêtes ont même été menées dans un environnement très risqué pour la vie des enquêteurs).

Pour en savoir plus sur la sociologie , les moyens de vivre, la densité démographique, le niveau d’éducation et de formation professionnelle, les problèmes fonciers, les relations des camps avec leur environnement (quartiers voisins), leur citoyenneté,  http://www.gemdev.org/prud/rapports/rapport30.pdf

Voilà une mine d’information qui permet de connaître  mieux la vie quotidienne dans ces lieux d’exil et ses enjeux. Noter que les pages 60 et 61 sur 75 concernent directement le camp de Dheisheh.

Petite visite de l'intéreiur de camp, étonné de ne voir pas plus de personne vaquer à ses occupations ...
Petite visite de l’intérieur de camp, étonné de ne pas voir plus de personne vaquer à ses occupations …
Restes d'une intrusion militaire...
Restes d’une intrusion militaire…
Les construction en hauteur sont indispensables vu le manque de terrain.
Les constructions en hauteur sont indispensables vu le manque de terrain.

Sur les murs du camp, l’unité et l’amitié entre les peuples .

IMG_5917

 

La petite fille aux nattes...
La petite fille aux nattes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *