Un breton sur le Mur

Un breton sur le Mur

Depuis presque 3 ans, la ville d’Orléans a confié un mur, rue des Carmes , près du cinéma, à des artistes graffeurs. Dans la ville et ses environs d’autres murs sont les supports d’artistes, mais le Mur d’Orléans est devenu une institution comme un musée de rue où sont invité tous les mois ou presque des artistes de renommée mondiale. Pour la 27ème fresque, les 8 et 9 novembre 2019  les promoteurs du MUR d’ORLEANS, Jean Michel Ouvry et Ludovic Bourreau avaient invité  L’OUTSIDER.

Pendant deux jours les orléanais ont pu découvrir, au grand jour, le savoir faire d’un artiste de street art . C’est l’occasion d’en savoir plus sur cet art de plus en plus populaire. Les instigateurs de ce programme aiment présenter les différentes formes et techniques du street art. Consulter sur ce blog le rubrique « arts urbains ».

Pendant un mois avant que la fresque soit recouverte volontairement, les passants s’arrêteront devant cette œuvre éphémère, seuls les photographes garderont dans la mémoire de leur appareil les couleurs, les traits, l’harmonie de ses peintures. Certains comme moi tenteront d’en faire partager leurs lecteurs .

Premiers traits

J’aime filmer les fresques pendant leur réalisation. Parfois j’ai la chance d’accompagner l’artiste dès le début de sa création. Vendredi 8 novembre j’ai filmé l’après midi, les premiers traits étaient tirés. Voyez dans cette vidéo quelques coups de pinceau, de rouleau plus exactement car L’Outsider utilise l’aérosol et le rouleau :

Un artiste renommé

Yann Le Berre, nom d’artiste L’outsider, est né à Brest il y a 34 ans. Passant par les cours Boulle à Paris, il débute dans la restauration de meubles . Depuis il est reconnu aussi bien dans les galeries de peintures que dans la rue. On le retrouve en Bolivie pour peindre des carcasses de vieilles locomotive, sur la rocade nord-est de Marseille, sur le célèbre Mur d’Oberkampf à Paris , sur le Port de Lorient, etc… Ses toiles sont exposés  dans des galeries parisienne et celles de Pont Aven . En 2017 Il a fait partie du top des 100 artistes du street art mondial avec Banski.

J’aime bien le commentaire https://planete-emergences.com : »On pense à Mondrian, Fernand Léger et au cubisme. L’Outsider puise son inspiration dans des courants comme le constructivisme ou le Bauhaus, et considère sa fresque comme une « décoration » de la route. Mais ce travail se double aussi d’une réflexion sur l’homme et la machine et la place de plus en plus grande que les robots ou le numérique prennent dans nos vies. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *