Retraité-citoyen

Retraité-citoyen

Hier je suis allé travailler avec des amis retraités et anciens cadres pour préparer un colloque sur la place des retraités dans la société. Vaste sujet !

Ce travail de reflexion m’intéresse parceque dans mon nouveau milieu le retraités le problème se pose sur leur place dans cette société de production, eux et elles qui ne produisent plus. J’ai constaté d’ailleurs qu’ils ont un sentiment d’être à charge de cette société. Combien de fois nous entendons que le nombre de retraités sera énormes dans les années à venir, que l' »on » ne pourra plus payer les pensions ou qu’il faudra les réduire pour que tout le monde en bénéficie. Bref, nous coûtons cher et nous ne sommes même pas comme les jeunes qui coutent mais qui sont potentiellement les « travailleurs » de demain. Nous nous rapprochons des chômeurs …

Alors quelle place avons nous ?

Ok nous sommes des bons consommateurs et là nous sommes très reconnus (les voyages, les aides aux enfants, les produits de beauté (voir la pub de Love en ce moment !), etc…

Nous sommes aussi des clients des professions de santé …très florissant grâce à la sécu.

Nous sommes des utilisateurs de loisirs et de culture (clubs, UTL (Université du temps libre, théatre, TV, etc…).

Nous gardons nos petits enfants pour dépanner nos enfants .

Malheureusement dans tous ces activités nous sommes plus consommateurs qu’acteurs et nous ne pouvons y apporter notre avis, notre voix.

Et à ce titre sommes nous vraiment considéré dans la Société comme Citoyen ? Par exemple dans la campagne électorale nous avons peu entendu le sujet repris en dehors de la problèmatique économique.

Dans 20 ans 30% de la population sera retraités, la Société va-t-elle fonctionner avec seulement 70% des citoyens….

Heureusement nous pensons que nous pouvons prendre notre place et être à ce titre vraiment acteurs donc Citoyen . Une réalité nous trace des pistes : le monde associatif est constitué en grande partie (pas majoritairement heureusement !) de retraités.

Et là les retraités ne sont plus consommateurs mais acteurs importants. Et cela pour nous semble le seul moyen d’acquérir une véritable place dans la société ; Et même ainsi nous produisons des services, argument pour les « tout économique ». D’ailleurs ce qui montre bien le peu d’intérêt pour les retraités actifs et bénévoles, aucune statistique ne mesure le poids de leurs actions dans les associations. Je pense à l’éducation par le soutien scolaire, au sport par les dirigeants, etc…

Attention il semblerait que le nombre de retraités dans les associations diminue et donc il y a beaucoup à faire encore pour accélérer ce mouvement indispensable pour nous.

De plus notre action dans les associations nous entraine dans la société civile et dans le mouvement social . Cette position nous éloigne des tentations de corporatisme retraité .

De plus il s’agit individuellement de retrouver une véritable identité après le travail, le repos n’est pas une identité même si nous avons souvent le besoin de souffler et de prendre son temps.

L’enjeu est sociétal pour les besoins de la démocratie et individuel pour l’épanouissement de chacun car retraité nous avons encore droit au bonheur.

Le colloque, que nous préparons,  réunira plusieurs experts, sociologues et syndicalistes pour traçer des pistes d’action pour que les retraités trouvent leurs identités et leurs place de citoyens actifs dans la Société.

6 réactions au sujet de « Retraité-citoyen »

  1. Plusieurs remarques:
    – Quand tu gardes tes petits enfants, tu es acteur (enfin il me semble). Je ne t’ai pas vu les consommer.
    – A lire, le pacte présidentielle de Ségo, car la misère à la retraite ça existe. Ce n’est dans aucun autre programme.
    – A lire, cette excellent article sur l’assurance vieillesse mais en fait plus généralement sur ce choix de la société : « Peut-on encore parler alors d’ « assurance vieillesse » ? On pourrait tout aussi bien évoquer un système de congés payés. »
    http://www.telos-eu.com/2007/02/la_derive_redistributive_de_la.php

    Sinon je suis bien d’accord mais je suis un peu comme toi quand tu travaillais, qu’est ce que je peux faire.

  2. Qu’est-ce que tu peux faire ? C’est d’abord aux retraités de se prendre en charge. C’est plus un problème de mentalités et de moyens à mettre en place pour favoriser les initiatives des retraités. C’est aussi pour les bénévoles accueillir les retraités autrement que compter sur eux parcequ’ils ont du temps.
    Garder ses petits enfants, comme visiter ses parents ce n’est pas un acte de consommation ces une action de solidarité familiale normale . Ca ne fait pas avançer notre rôle de citoyen dans la Société (en dehors des contacts que cela donne ).
    Mais participer au conseil d’administration de la maison de retraite de ses parents est un acte civique.

  3. Je n’ai pas grand chose à ajouter car je partage ton point de vue sur ce pb: la place des retraités (qui st de plus en plus nbreux) est mal reconnue ds notre société et souvent limitée à un rôle de consommation (notamment dans le domaine de la santé où ils contribuent -bien malgré eux souvent- à engraisser des médecins très intéressés par les dépassements d’honoraires) ou à un rôle dans le domaine de la solidarité. C’est pour cela qu’ils st tout de même très nbreux à s’engager dans le monde associatif dont les politiques (S. GROUARD par exemple) se plaisent à dire que de nbreux secteurs ne sauraient fonctionner sans cet apport ; mais leur discours s’arrêtent là: la reconnaissance du rôle indispensable de ces bénévoles (qui ne st pas tous retraités) dans le fontionnement de notre société n’est ni véritablmenent reconnue ni valorisée; C’est pourtant, effectivement, dans la plupart des cas le seul vrai moyen pour un retraité de continuer à se sentir utile à la société , voire de « mesurer » la valeur ajoutée qu’il peut encore apporter à l’effort que chacun doit faire pour faire une nation.
    Au-delà ce ce constat, je ne vois pas de vraie solution; peut-être qu’un début pourrait consister en l’élaboration d’un véritable « statut du bénévole », ayant en quelque sorte valeur de reconnaissance universelle de ce qu’apportent ces gens-là -retraités ou non- au fonctionnement de notre pays. Au sein de l’ESA, ns avons amorcé quelque chose qui va dans ce sens -là mais qui reste interne à l’assos. Cela se fait sans doute ds d’autres assos. La question qui se pose est que cela soit « officiel ». Aujourd’hui, différentes instances se contentent de reconnaître le rôle des assos en accordant -parfois- des subventions mais cette reconnaissance ne va pas aux personnes qui les font fontionner.

  4. Ton expérience est intéressante. Pourrais-tu préciser ce qu’est l’ESA ? et expliquer ce que vous faites et combien vous avez de retraités parmi les bénévoles y compris les dirigeants ?
    J’ai l’impression que le statut du bénévole avance tout doucement . Comme tu le précises je ne pense pas qu’il faille attendre beaucoup des pouvoirs publics si dans les assos ce n’est pas engagé.
    Nous voulons mettre en évidence qu’il y a une différence de statut entre les bénévoles encore atifs et les retraités. Les premiers bénéficient d’une place dans la société en tant que salariés (ou employeurs, ou indépendants), les seconds n’ont plus de place s’ils ne valorisent pas leurs actions dans les assos.
    Pour le moment, le colloque semble s’engager dans une popularisation de cette place.
    Dans mon blog je pense restituer les débats préparatoires de ce colloque parisien.
    Je ne suis qu’un humble participant au groupe de travail…
    Une autre question se pose: est ce que les retraités souhaitent vraiment avoir encore une place dans le société.

  5. Mis à part le commentaire de Matthieu, j’ai l’impression que ns dialogons sur la question que tu poses, Bernard, à propos du rôle citoyen des retraités . Je te propose donc que ns dialogons vraiment, c’est-à-dire en face à face; il me semble que cela sera plus productif sur le plan des questions/réponses. Si tu le souhaites, appelle-moi pour que ns prenions RV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *