Retour d’Éthiopie (6) Gastronomie

Retour d’Éthiopie (6) Gastronomie

Il ne faut pas aller en Abyssinie pour la gastronomie. Mais… partager l’alimentation quotidienne des éthiopiens de cette région c’est aussi intéressant.

A table

Le plat principal est l’injera, sorte de galette spongieuse dégustée matin, midi et soir avec de la viande ou de la sauce pimentée de cette viande. Cette galette est préparée avec de la farine de mil ou de teff ou de sorgho, la différence se voit au gout et à la couleur de la pâte. Le mercredi et le vendredi dans la sauce il n’y a pas de viande mais des lentilles ou autre légume.

En assiette individuelle, le plat traditionnel avec bœuf en sauce

Dernier soir dans un restaurant gastronomique de la capitale

Origine champs et cultivateurs

En cette saison le paysage est quadrillée de tâches claires, des parcelles cultivées de céréales même sur le flanc des montagnes

 

La bière

Des bières nationales…

La bière locale, que l’on boit dans des bars nombreux dans les villages au bord de routes passagères. Elle est fabriqué avec du blé et du sorgho, sa teneur en alcool est selon sa durée de fermentation . Au bout de trois jours elle est forte mais celle que nous avons goûtée était très douce, elle ne ressemble pas à celle que j’ai bu au Bénin, dommage que nos intestins sont trop sensibles !

La brasserie…du village
La bistrote
Des buveurs de bière locale, les miliciens qui font office de gendarme

La cérémonie du café

Le café éthiopien est renommé à l’exportation et il a une place très importante dans toute l’Éthiopie car il est le symbole de l’hospitalité. De plus c’est la boisson nationale.

Servir le café fait l’objet d’un véritable rituel. Partout sur le trottoir, dans les restaurants on sert le café (le jebena buna) d’une façon particulière. C’est toujours la femme, souvent en costume traditionnel, qui prépare en sert le café .

Après les avoir lavés, les grains de café sont grillés sur des braises de charbon dans des effluves d’encens
Puis les grains grillés sont moulus et mélangés avec de l’eau chaude à l’intérieur de la jebena
A la porte de l’Hôtel
Prête pour accueillir sur le trottoir d’Aksum
Ambiance agréable dans la rue d’Aksum

Et servi très chaud dans des tasses sans hanse
A Aksum, dimanche matin, le marché de l’herbe, symbole de la nature qui a donné le caféier. Ces herbes seront disposées à la maison sur le sol où se déroule la cérémonie du café.
La jebena est toujours en terre noire avec un bouchon en bois

A Addis Abeba depuis 60 ans ,un haut lieu du café, la maison Tonoca

 

 

Une réaction au sujet de « Retour d’Éthiopie (6) Gastronomie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *