Rencontres libanaises (14)

Rencontres libanaises (14)

Raymond, professeur

Je devais revoir Salim le poète que nous avions rencontré en 2001 et je me retrouve dans une réunion de famille chez Mohin, le palestinien. En effet un des fils de Mohin , qui travaille à l’étranger, est revenu pour quelques jours chez son père. Alors tous les amis affluent pour le revoir .
Après avoir échanger quelques mot avec Salim, Raymond me fait signe intéressé de discuter avec moi.
Raymond est là avec sa femme et ses deux adolescentes . Je l’avais remarqué par sa ceinture de cartouches, il revenait de la chasse avec un ami !

De gauche à droite, Raymond, Mouin, Moi et Chéhadeh
De gauche à droite, Raymond, Mohin, Moi et Chéhadeh

Son épouse est également professeur .
Raymond engage la conversation en m’interrogeant sur l’interdiction du port du voile en France .
Il est chrétien, il enseigne le français dans la ville d’à coté, dans un collège privé propriété d’une congrégation française.
Avec son épouse, ils estiment qu’il est important que la religion chrétienne au Liban se maintienne en nombre et qu’elle soit vécu avec plus de sérénité car selon eux il y a trop de fanatisme actuellement.

Rôle des chefs religieux

Et pour cela les chefs religieux ont un rôle très important à jouer pour moins de dogme et plus de conseils pour mieux vivre ensemble.
Ecoutez l’épouse de Raymond :les chefs religieux
Raymond  m’explique que dans son collège il y a une majorité de chrétiens mais aussi des musulmans de plusieurs obédiences. Le catéchisme est obligatoire pour les enfants de religion chrétienne, mais le Coran est enseigné également aux petits musulmans.
Il y a des écoles où se déroule un cours de religions. Pour Raymond et son épouse cela permet une ouverture d’esprit car le problème c’est l’ignorance des gens.
En classe les enfants sont d’ordinaire tolérants, pourtant Raymond me cite le cas d’une jeune de 16 ans qui avait écrit dans une rédaction « les musulmans je les déteste !».
Raymond pense que des propos comme celui là sont le fait des guerres pendant lesquelles les gens des innombrables confessions au Liban se sont entretués.
Ecoutez Raymond : les guerres
Avec fierté, Raymond me relate le baptême de deux jeunes druzes de son collège, avec l’accord de leur père.
Sur la politique, Raymond regrette le passé, d’avant 1975 .
Ecoutez Raymond : c’était mieux
Pour lui le général Aoun est d’abord un militaire et des militaires, il n’en a pas confiance.
Il tient à me préciser que ce n’est pas parce qu’on est chrétien qu’on doit voter « chrétien ».
Les jeunes filles de Raymond commencent à s’impatienter, nous terminons cet entretien passionnant.
Nous nous donnons nos adresses car Raymond et sa famille souhaiteraient visiter la France. Comme nous serions heureux de vous accueillir et vous faire toucher du doigt cette culture que vous enseignez tous les jours aux petits libanais, pour lutter contre l’ignorance qui fait tant de dégâts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *