Rencontre à Madagascar (suite 13)

Rencontre à Madagascar (suite 13)

Les institutrices d’Alasora.

Violette et Dieudonné, les directeurs de la Ferronnerie d’Art d’Alasora près de Antananarive nous ont parlé de leur école à deux pas des ateliers.La curiosité nous a poussé jusqu’à ce batiment en construction.ecole.jpgC’est l’école qu’ils ont créé de toute pièce pour scolariser les enfants des ouvriers qu’ils emploient.Première surprise, à notre vue les élèves se lèvent pour nous souhaiter la bienvenue.classe3.jpgNous ne voulions pas déranger mais… Je pense qu’ils ont l’habitude des visites.Deuxième surprise, dans une salle mi classe mi réfectoire les enfants sont entrain de manger un bol de riz, pourtant il est presque 11h. Tout simplement il s’agit d’un petit repas en attendant la fin de la classe vers 13h30. « C’est nécessaire car les enfants arrivent en classe souvent le ventre vide ».repas.jpgLes deux classes alternativement bénéficieront de ce repas du matin. A la fin chaque enfant va au point d’eau dans la cour pour laver son bol.lavage2.jpgNous sommes étonnés du silence dans lequel tout cela se déroule.Pendant une pause les institutrices nous rejoignent. Elles nous expliquent que dans l’école 4 classes sont prévues, deux sont en place en ce moment. « Violette et Dieudonné ouvrent les classes en fonction des possibilités financières, car ils ne reçoivent rien de l’Etat, c’est une école privée. »Leurs élèves sont les enfants des employés de l’entreprise. Ces personnes en grande difficulté avant d’arriver chez Dieudonné et Violette ont maintenant la chance de faire scolariser leurs enfants gratuitement, contrairement à la grande partie du pays. « Cette année nous leur imposons de donner à leurs enfants un minimum de fournitures scolaires, car il faut les responsabiliser . ». Sur le même sujet : « Très souvent nous rappelons à l’ordre les parents pour l’hygiène de leurs enfants, car nous avons un rôle d’éducation. D’ailleurs ce sont les enfants eux même qui doivent rappeler les consignes à leurs parents ! ».

C’est madame la Directrice (dont je n’ai pas noté le prénom) qui nous précisent cela. Car elle a un rôle important ici, elle a connu Violette et Dieudonné « aux parents d’élèves » ; à la retraite, elle a décidé de les rejoindre bénévolement pour s’occuper de cette école.

instit2.jpg

Au cours de la conversation, assez fière elle nous déclarera que ses élèves sont en avance sur les autres pour l’examen de passage au collège ! Cela ne nous étonne pas . Pendant que les institutrices nous parlaient les enfants continuaient leur travail en silence, pour des enfants de 8 à 10 ans , chapeau ! Au bout d’un moment nous sommes partis car les petits commençaient à se dissiper, il ne faut quand même pas trop demander !

instit31.jpg

Espérons qu’ils continueront à être aussi studieux et qu’ils pourront ainsi sortir des difficultés qu’ont rencontré leurs parents.Un point à préciser : Monsieur Dieudonné paie le collège aux meilleurs, voilà où passent les bénéfices de l’entreprise. Elle n’est vraiment pas comme les autres cette entreprise made in Madagascar !Et les institutrices sont vraiment exceptionnelles.Alors si vous passez par là, après avoir acheté vos cadeaux, n’hésitez pas à pousser jusqu’à l’école et nos institutrices seront heureuses de vous rencontrer. On peut aussi offrir des fournitures scolaires, les besoins semblent être très importants.

Attention !!! si vous passez l’après midi, les élèves ne seront pas les enfants de l’entreprise…mais les enfants des quartiers des environs, car l’école est partagée « ça leur fait moins loin pour aller en classe ! » Tout simplement.

instit1.jpg

La deuxième institutrice.

3 réactions au sujet de « Rencontre à Madagascar (suite 13) »

  1. Merci beaucoup
    Merci mille fois pour ta contribution : c’est toi qui met en place ce nouveau site.
    Bravo pour ton professionnalisme et ton travail (sans gagner plus !!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *