Nigéria

Nigéria

La semaine dernière les informations nous apprenaient que le 26 décembre 2006 à Abule Egba, au nord de Lagos un incendie provoqué par l’explosion d’un pipe-line avait fait 300 morts.

Plus précisément nous apprenions que cette explosion avait été la conséquence de vol de carburant, chargé dans des camions-citernes.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle catastrophe a lieu, 1000 morts en 1998, 200 en mai dernier. Ce trafic tient une place énorme dans cette région.

J’en fus témoin lors de mon voyage au Bénin en 2005.

Des camions citernes dans un état lamentable circulent à vive allure (rotations importantes nécessaires) ; quand ils se renversent (nous en avons vu un dans un village), ils ne sont pas dépannés, le carburant est siphonné sur place avec des risques énormes d’explosion, ça paie le chauffeur . La rumeur, faute d’information officielle, fait état d’explosions fréquentes faisant de nombreuses victimes dans plusieurs villages.

Labas au sud Bénin inutile de trouver de l’essence aux pompes Total, elles sont le plus souvent vides et le préposé indique sans problème au voyageur le revendeur le plus proche . Dans une baraque dans la ville, dans d’immenses marmites, l’essence est là en quantité . Au milieu des bébés et des gamins, le vendeur transvase 10 litres par 10 litres le précieux liquide. Le prix est inférieur à celui qui est affiché à la pompe. Normal, il n’y a plus de taxe.

img_0335.jpg

Ce trafic se fait à la vue de tous, normal il faut bien faire fonctionner toute cette contrebande qui amène les moyens de survivre à tant de personnes. Sur la route il n’est pas rare de doubler un cyclomotoriste transportant plusieurs énormes jéricans de carburant de 50 litres.

Ce trafic s’effectue principalement sur la lagune de Nokué , presqu’à la frontière entre le Bénin et le Nigéria. Le trafic sur cet immense lac est devenu la principale activité . Les femmes s’occupent de la survie de toutes ces populations et les hommes sont pris la nuit par le passage des hydrocarbures. Il n’y a presque plus de pêcheurs, l’activité traditionnelle parcequ’il n’y a plus de poissons tant la pollution provoquée par le trafic est importante. La région est magnifique mais je ne me suis jamais senti si mal à l’aise : interdiction de photographier un « port » (celui du trafic), les femmes que l’on rencontre sur le lac se cachent comme si elles avaient honte de leur pauvreté et puis les traces d’essence sont partout.

img_0445.jpg

Une émission de Thalassa avait montré le trafic…ce qui n’arrange rien pour la bonne conscience de ces gens.

Toute une région est pourrie par ce trafic et la pollution aux hydrocarbures. Je n’oublie pas également le manque à gagner en impôts et taxes. C’est un des problèmes de l’Afrique : comment se développer d’une façon autonome sans fiscalité, pour la construction et la maintenance des infrastructures, pour les hôpitaux, la solidarité ?

Le drame c’est que le Nigéria est le premier producteur de pétrole d’Afrique. Cette ressource ne profite donc pas aux Africains (en dehors du petit commerce de trafic). Une fois de plus l’Afrique est spoliée de ses ressources naturelles comme au « bon » vieux temps du colonialisme. Et comme pendant cette période, les Africains paient durement dans leur chair cette exploitation , je pense à ces explosions qui font des centaines de mort (dans l’indifférence presque totale du Monde).

Au fait, à qui profite le pétrole ?

J’espère que les expériences sud américaines montreront les voix possibles pour une ré-atributions des ressources locales. Il parait que H. Chavez est devenu un héros pour de nombreux africains….une bonne nouvelle ! qui montre aussi que nos mais africains sont capables de penser et pas seulement de danser et d’être sympas pour les chefs d’Etat en visite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *