Les meilleurs moments de notre dernier séjour à Madagascar (3), les tsingys.

Les meilleurs moments de notre dernier séjour à Madagascar (3), les tsingys.

20 octobre 2008.

Ce matin nous prenons la nationale 6, la route qui relie la capitale à Diego au nord. Nous avons passé deux jours dans cette ville au passé colonial encore très présent.

cimetiere.jpg
Cimetière des français à Diego Suarez rappelle que des milliers de militaires français ont occupé la région (de l’autre coté de la rue il y a un cimetière anglais)

Et puis c’est la ville d’une des plus belles baies du monde.

baie.jpg
Pain de sucre dans la baie de Diéguo Suarez 

Nous partons visiter deux joyaux de la nature réalisés par l’érosion.
Dans le premier site nous découvrons les tsingys rouges ; « que c’est beau !» nous nous exclamons dès qu’à l’horizon, apparaissent ces sculptures de terre et de sable.
Les tsingys rouges sont le résultat de l’érosion de l’eau de pluie dans la latérite rouge. Il n’y a pas très longtemps que ce site a été découvert. Maintenant c’est un lieu de balade des habitants de Diégo. Pourtant pour y parvenir il faut un 4×4 car la piste est longue et difficile. On traverse une savane avec très peu de végétation, ce qui explique cette érosion.
Avant d’arriver sur le site nous voyons avec satisfaction plusieurs hectares en cours de plantation d’eucalyptus (initiative d’une société allemande, nous précise le guide).
Attention, comme il ne s’agit pas de roche mais de terre, les sculptures sont fragiles, ça s’effrite tellement que j’hésite à suivre le guide sur un petit parcours entre les aiguilles. Ca tient mais il ne faudrait pas que ce site soit trop fréquenté, d’ailleurs dans un autre lieu, il n’y a pas de chemin, interdiction d’approcher ; il faut se contenter d’admirer de loin.

 

rouge1.jpgrouge2.jpgrouge3.jpgrouge4.jpgrouge5.jpg
Les tsingys rouges 

Après un pique nique près de la maison du gardien, nous faisons cap au sud, direction le massif de l’Ankarana.
Et là notre émerveillement pour les beautés de la nature va se renouveler. Pendant une après midi et une matinée nous allons découvrir plusieurs sites des tsingys de l ‘Ankarana. Là nous voyons le travail de la mer il y a cent millions d’années. Il paraît que ce site a été découvert par Nicolas Hulot .
Ce circuit se déroule en périphérie du massif, une petite incursion au centre est permise en empruntant un pont suspendu. Les chaussures de marche sont indispensables.

pont.jpg

Quel bonheur de profiter du soleil rasant qui donne plus de relief à ces cathédrales naturelles. Les flèches s’élancent sûrement à 10 m de hauteur ; que se passerait-il si nous tombions dans ces profondes crevasses. Mes souvenirs de glaciers sont anciens mais je pense que les touristes de la mer de glace doivent avoir la même impression…avec une différence de taille, ici il fait très très chaud car la roche emmagasine bien la chaleur. Le paysage est aride et la végétation très rare est toute rabougrie.

tsingy3.jpg

tsingy2.jpg

 

tsingy6.jpg

Nous revenons à la nuit tombante, nous couchons cette nuit en bungalows annonce le programme ; effectivement à l’entrée de la réserve un village regroupe pour les touristes plusieurs cases ressemblant aux cases des villageois. Ce soir nous allons dormir avec les bruits du village puis avec ceux de la forêt …

case.jpg
Bungalow où nous avons « dormi ». 

Le lendemain nous reprenons la direction du massif pour un autre circuit qui nous emmène à une des nombreuses grottes de la région. Cette grotte est sacrée et plusieurs interdictions sont signalés aux randonneurs .

grotte.jpg
A l’entrée de la grotte des Chauves-souris

Dommage, il faut quitter ces beautés , nous croisons des touristes qui « font » d’autres circuits car cette réserve est immense (18 255 ha). Pour notre part nous devons être à midi pour prendre le bateau pour Nosy Be et il reste plus de 200 km et il est 9h…
La route vers la côte nous paraît longue car les arrêts sont rares ; heureusement je peux prendre une photo du plus haut sommet de Madagascar qui se dresse sur la vallée et nous réussissons à rencontrer des cueilleurs de coton.

sommet.jpg
Au fond le pic Maromokotra (2871 m) dans le massif de Tsaratanana 

coton.jpg
La cueillette du coton

ankify.jpg
le port de Ankify départ pour Nosy Be, en vedette rapide

Une réaction au sujet de « Les meilleurs moments de notre dernier séjour à Madagascar (3), les tsingys. »

  1. Bien qu’en retard, je suis heureuse si je suis la première à réagir : c’est tout simplement magnifique et devant de telles beautés j’ai envie de changer « alleluia ». On se sent tellement petit devant de pareilles splendeurs et comme il est dommage que nous abîmions cette nature !
    A refaire ou… à continuer. Amitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *