04. décembre 2017 · 2 commentaires · Catégories: Voyages · Tags:

Je dédicace ce billet à ma petite fille Alma, passionnée de chevaux.

Darius

C’est Darius le Grand qui fonda Persépolis en 521 avant JC pour y installer la capitale de l’Empire achéménide, la Perse, qui s’étendait alors sur toute l’Asie Mineure du golfe persique à l’Inde. Il régna avec son fils Xerxès  jusqu’en 330 avant JC date où fut détruit le Palais par Alexandre le Grand.

La cité royale s’étendait sur 13 HA. Elle était constituée d’une immense terrasse de 14 m de hauteur. Des montagnes de 2580 m d’altitude dominait ce complexe grandiose.

Montage réalisé à partir de la maquette placée à l’accueil du site

<
>

Porte des Nations (22m)

Darius I

Les chevaux persans

Le cheval jouait un rôle culturel important dans l’ancienne perse. Il existait même la pratique de  l’hippomancie (divination par le cheval), qui perdura jusqu’à 220 ans après JC .Le cheval est considéré comme sacré.

Darius exploite cette croyance des Perses en l’hippomancie pour s’assurer de sa légitimité royale. Il est possible que Darius ait eu recours à cette ruse ou ait propagé cette histoire pour calmer son peuple, qui croyait fortement en l’hippomancie. C’est peut être pour cela que le cheval est si souvent gravé dans plusieurs bas reliefs de Persépolis.

A notre époque le cheval arabe persan est un petit cheval élevé par les nomades de la région . Il a été officiellement reconnu cheval du plateau persan par la Société iranienne du Cheval en 1978.

En parcourant ce site archéologique exceptionnel j’ai été particulièrement attiré par les représentations de chevaux gravées ou sculptées présentes dans les marbres des différents palais.

Vue d’ensemble des tombes de Darius 1, de Xerxès et de Antaxerxès à Naghsh-e Rostam à 5 km de Persépolis

Naghsh-e Rostam, près de Persépolis.  Au bas de la tombe de Darius : Victoire de Chapour 1er sur Valerian

Naghsh-e Rostam , près de la tombe de Xerxès I : Investiture d’Ardéchir 1et 226 après JC

 

Il a fallu attendre plus tard pour revoir le cheval représenté dans les peintures iraniennes. L’Art Islamique se limite aux reproductions de fleurs et plantes et jamais d’êtres vivants.

Peinture du XIXème siècle dans la Maison des Boroudjerd est une maison historique célèbre de Kashan La maison fut construite en 1857 pour la femme du riche marchand Haji Mehdi Boroudjerdui, comme cadeau de noces. La mariée était originaire de la famille des Tabatabai, pour qui Ustad Ali Maryam avait construit une maison quelques années plus tôt (la maison Tabatabaei).

Céramiques du XIX siècle dans la même maison









2 commentaires

  1. dumas christiane

    super beau message je vais le montrer à ma petite fille Manon qui elle aussi est passionnée de cheval
    tes messages sont tous super interssants

  2. dumas christiane

    Bonjour Bernard
    Merci pour ce super beau message
    Je vais me montrer à ma petite fille Manon qui elle aussi est passionnée de cheval
    Tes messages sont tous très intéressants, quel beau travail
    amicalement
    christiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *