Lettre de Leila à Jeanne,

Chère Jeanne

Par cette lettre je viens te raconter notre journée du 9 novembre 2017 dans ma ville Yazd.

Ce jeudi 9 novembre était chez nous jour férié, tous les magasins de la ville étaient fermés. C’est un jour de fête car pour les chiites, c’est  la fin de la période  de deuil  pour Hossein, assassiné lors de la bataille de Kerbala en 680.

Pendant 40 jours à partir d’Achoura qui est le 10ème jour du mois musulman, Moharam ,  il y a eu des cérémonies et des processions dans les rues. C’est impressionnant de voir les hommes, une quarantaine, porter un énorme et lourd cercueil  qu’on appelle ici nakll .

Le nakl d’un quartier de Yazd

Affiche sur la bataille de Kerbala

Tous les commerçants ornent leurs magasins de bannières noires en l’honneur d’Hossein, partout dans les rues, sur les monuments , sur les mosquées des drapeaux noirs sont hissés. Pour clôturer cette période  il y a eu une commémoration à la Grande Mosquée Jame.

Préparation des repas

Ce jour est aussi celui du Partage. Dans la nuit, des cuisines ont été aménagées dans tous les quartiers pour préparer les repas qui ont été distribués gratuitement. Pour cela des bénévoles ont fait bouillir dans des grandes marmites, les pommes de terre, le riz, les haricots et le mouton.

Tout le monde peut aller se ravitailler dans des stands installés pour l’occasion. En même temps on offre aussi le yaourt traditionnel.

Dans la matinée les rues sont pleines de monde pour aller assister à un office à la mosquée.

Grande Mosquée Jame

Mes parents ont mis leurs plus beaux costumes, ma mère son tchador neuf, mon père s’est habillé de noir, comme le veut la tradition. J’aime bien sa chemise en soie qui fait très habillé . Mon grand frère comme tous les garçons s’était fait une coiffure moderne. Moi j’ai mis le tchador traditionnel.

 

 

Ensemble nous sommes allés jusqu’à la Mosquée , il y avait tant de monde que nous n’avons pas pu y entrer. Heureusement la cérémonie était retransmise à la TV et dans la rue. On entendait un orchestre et des chœurs . C’était très beau et presque entrainant , on n’aurait jamais pensé que c’était pour un deuil.

Les pompiers

Pourquoi ces bandeaux et ces habits verts pour les enfants ?

Dès que nous avons pu approcher de la Grande Mosquée je me suis fait photographier devant la fontaine rouge comme le sang.

Mon père est allé chercher notre nourriture dans un récipient en polystyrène comme chez vous au Macdo. Il a dû faire vite car il n’en restait plus beaucoup.

Une ration, riz, haricots et mouton

Nous sommes allés pic niquer dans un grand parc. Ma mère avait apporté un tapis et nous nous sommes installé pour manger. Dans tous les coins du parc des familles étaient réunies comme nous,  Il y avait même des bébés. Les enfants pouvaient aller aux jeux  et nous nous sommes bien amusés .

 

Mon père a rencontré des français ; il était heureux car avec eux il a parlé en anglais, il était très fier ! Il nous a dit qu’il leur avait expliqué son travail à la mairie.

Il aurait bien voulu prolonger cette discussion mais mon frère s’impatientait ,  il devait retourner à la Mosquée pour aider au rangement.

Nous l’avons accompagné, il y avait une grande effervescence et un grand nombre de garçons qui s’affairaient . Nous les filles nous observions.

La toile qui recouvre la cour de la Mosquée

Le plus impressionnant a été le démontage de l’immense velum qui recouvrait la cour intérieure de la Mosquée. Avec mon frère et mon père je suis monté sur la terrasse et j’ai assisté à une scène inoubliable ; ils étaient au moins une centaine pour retenir les cordes qui avaient servi à dresser le chapitau grand comme celui d’un cirque américain. tu verras cela sur la video que je t’envoie. Je te rassure ils ont réussi à faire tomber l’immense tente tout doucement sans dégât. Ils doivent avoir l’habitude.

Le chapiteau vu de la cour

Le plafond du Dôme de la Grande Mosquée

 

La Mosquée a été remise dans l’ordre très vite.

Pour terminer cette journée de fête nous sommes allés auprès de la Mosquée Mir Chakhmagh, il y avait de l’animation, des magasins ouverts . Comme c’était la fin de la fête , mes parents m’ont offert un cadeau, une trousse en cuir pour l’école.

Au centre, la Mosquée Mir Chakhmagh, du XIII siècle

Cette année ce jour de fête est tombé un jeudi, et le vendredi était encore jour férié comme partout en Iran.  Il n’y avait pas de classe. Je suis quand même allé à l’école coranique.

Dans une prochaine lettre, je te raconterai la visite du Temple des Zoroastriens que nous avons fait avec ma professeur.

des copines …

Voilà j’espère que je n’ai rien oublié de cette journée et que ma lettre te donnera envie de venir en Iran, chez moi. Tu y seras très bien accueillie car on dit que les iraniens sont les gens les plus accueillant de la planète ! A BIENTÖT Leila.

 

 









Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *