Construire la Sagrada Familia

Construire la Sagrada Familia

Il y a quelques jours lors d’un séjour à Barcelone, nous sommes allés voir La curiosité …

IMG_0823

Je pense que c’est unique au Monde en ce moment ; les Barcelonnais construisent une cathédrale pour  perpétuer le souvenir d’un homme, l’artiste qui leur a apporté tant pour leur patrimoine, Gaudi . Cette oeuvre de longue haleine semble anachronique . L’heure est plus d’édifier des cathédrales à la gloire d’un certain nationalisme ,  comme  la mosquée Hariri à  Beyrouth ou l’église du Christ Sauveur de Moscou .

La mosquée M El Amine, construite par Rafic Hariri en 2003 à Beyrouth.
La mosquée M El Amine, construite par Rafic Hariri en 2003 à Beyrouth.

Gaudi, le bâtisseur, artiste du modernisme du siècle dernier est partout à Barcelone. D’ailleurs il est étonnant de voir les nombreux  touristes qui visitent ces chefs d’oeuvre.

Ce qui m’a intéressé dans l’art de Gaudi c’est l’âme qu’il donnait à ces oeuvres, l’esthétique est d’abord au service  du bonheur qu’il recherche pour ses contemporains. Pour moi Antonin Gaudi est de la même trempe que Le Corbusier et ses cités radieuses.

Revenons à sa dernière oeuvre la Sagrada Familia.

Malheureusement Gaudi n’a pu terminer  la Sagrada Familia, l’immense « temple » qu’il avait imaginé pour magnifier le Créateur et ce sont nos contemporains qui poursuivent son oeuvre.

Et ce qui m’a le plus impressionné c’est le nombre d’ouvriers, d’artisans, de concepteurs qui travaillent pour ce chantier qui devrait être terminé en 2040. On se retrouve plusieurs siècles en arrière quand nos ainés bâtissaient les cathédrales. Les techniques sont différentes, les machines sont ultra-modernes (j’ai apperçu des ouvriers qui à l’aide d’un élévateur autonome travaillaient à près de 60 m de hauteur dans la nef).

Quelle chance ils ont tous architecte, ingénieurs, électriciens, maquetistes, sculpteurs, maçons de travailler à ce sublîme édifice. Pouvoir dire à ses enfants j’ai participé à la construction d’une cathédrale !

Les concepteurs construisent des maquettes qui seront ensuite copiées grandeur nature .
Les concepteurs construisent des maquettes qui seront ensuite copiées grandeur nature .
Dans un atelier à l'abri du soleil les ouvriers façonnent les moules préludes à l'assemblage des différentes structures.
Dans un atelier à l’abri du soleil les ouvriers façonnent les moules préludes à l’assemblage des différentes structures.
Une affiche rend hommage aux innombrables sculpteurs qui donnent vie à l'édifice.
Une affiche rend hommage aux innombrables sculpteurs qui donnent vie à l’édifice.
D'immenses grues permettent de poursuivre la construction des tours et pinacles qui dominent "le temple".
D’immenses grues permettent de poursuivre la construction des tours et pinacles qui dominent « le temple ».
Seule véritable oeuvre de Gaudi, débutée en 1894 et terminée en 1932, la facade de la nativité.
Seule véritable oeuvre de Gaudi, débutée en 1894 et terminée en 1932, la facade de la nativité.
Détail de la facade de la Nativité
Détail de la facade de la Nativité
Autres détail de la facade de la Nativité
Autre détail de la facade de la Nativité
Coté facade de la Passion, inspirée par Gaudi et sculpter par JM Subirachs, terminée en 1954.
Coté facade de la Passion, inspirée par Gaudi et sculptée par JM Subirachs, terminée en 1954.
Le Christ  domine la facade de la Passion
Le Christ domine la facade de la Passion
Maquette de la facade de la Passion
Dessin de la facade de la Passion que l’on peut découvrir dans la crypte, musée de la construction.
Facade de la Passion
Facade de la Passion
Dessin
L’élément central de la facade de la Passion, Véronique soutient le linceul du Christ.
Détail du potain de la facade de la Passion
La flagellation
Dessin que l'on peut voir dans la crypte
Dessin que l’on peut voir dans la crypte
Toujours sur la facade de la Passion
Toujours sur la facade de la Passion
Dessin de Subirachs
Dessin de Subirachs
Un des pinacles sur la facade latérale, à noter que Gaudi souhaitait que tout l'édifice devait être coloré.
Un des pinacles sur la facade latérale, à noter que Gaudi souhaitait que tout l’édifice devait être coloré.

Le comble de l’émerveillement, c’est d’entrer à l’intérieur de la cathédrale. Partout, des hauteurs au sol,  des ouvriers s’affairent, dans le bruit des différentes machines et la poussière des abrasifs…En tant que touristes visiteurs nous sommes pratiquement prisonniers de cet immense chantier.

La nef centrale est éclairée par des ouvertures commes des étoiles
Au dessus de nos têtes, une multitudes d’étoiles.
Pilier
Pilier
On se dirait au théatre, les ouvriers s'affairent dans un environnement presque mystérieux
On se dirait au théatre, on se demande où est le metteur en scène .
Le vons les yeux, ces piliers sont comme des arbres tenant la voute .
La forêt de piliers .
Deux séries de vitraux sont installés donnant à l'intérieur une lumière déjà sacrée.
Deux séries de vitraux sont installés donnant à l’intérieur une lumière déjà sacrée.
Jeu de lumière dans les hauteurs de la nef centrale
Jeu de lumière dans les hauteurs de la nef centrale

Je rêve de passer un moment avec un des milliers  constructeurs de cathédrale  du 21è siècle. Peut être qu’un d’entre eux(ou elles) me proposera un commentaire. Rêvons !

Une réaction au sujet de « Construire la Sagrada Familia »

  1. Cette Sagrada Familia m’intrigue depuis des années. J’ai lu un bouquin de photos sur elle, mais rien ne vaut la vision de l’original. Je vais envisager de faire le voyage rien que pour elle. Ton billet me rappelle qu’il faut que je le programme. Merci à toi.
    PS : c’est mon autre adresse mél, celle que j’utilise le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *