L’Événement culturel  de ce mois d’Aout 2017 à Orléans.

l’affiche du MUR

Les animateurs du MUR d’Orléans Ludovic Bourreau et Jean Michel Ouvry ont fait très fort pour la 7éme édition du MUR d’Orléans. Ils ont invité Marko93, l’un des plus Grands graffeurs actuels. Plus »

Actualité : violences sur l’Esplanade des Mosquées  à Jérusalem. Retour sur mon séjour en 2015 (voir tous les articles sur ce blog « Palestine »)

Carte Internet

 

En ce moment l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem  est l’objet d’un grave conflit entre l’État d’Israël et les musulmans. C’est à bon escient que je présente ainsi les graves troubles actuels à Jérusalem. L’Esplanade des Mosquées est le deuxième lieu saint des musulmans du Monde après La Mecque.  D’après la tradition islamique le Rocher qui se situe sur l’Esplanade est le point d’où Mahomet est monté au paradis.

L’esplanade des Mosquées et le Dôme du Rocher.

Pour les juifs c’est le lieu où Abraham a préparé son fils Isaac au sacrifice et le lieu où été construit le Temple de Salomon détruit par les romains en 70. De ce temple il ne reste que le soubassement occidental appelé Mur des Lamentations, au lieu des juifs du Monde entier.

Détail du Mur des Lamentations

Archéologues israéliens en recherche

Ce temple sacré dans l’histoire des juifs fait l’objet de nombreuses recherches archéologiques et le rêve de ceux ci est de le reconstruire.

Ce lieu est un havre de paix, mais régulièrement les israéliens en interdisent l’accès.

La coupole du Dôme du Rocher a été restauré par les jordaniens « gardiens » des lieux. Les parasols abritent du soleil pour la prière.

Au pieds de la mosquée Al-Aqsa, les femmes veillent là car cet édifice a été très souvent profané.

En juin 2015 nous visitions Jérusalem et la Palestine. Nous avons parcouru ces lieux avec le sentiment d’être sur une terre, très chargée religieusement, une terre dite Sainte amis qui est l’objet de conflit et de guerre . Touristes, nous avons pu découvrir ces lieux sans difficulté particulière. L’accès des touristes à l’Esplanade par la passerelle provisoire en bois qui enjambe le Mur des Lamentations était  sécurisé par un portique surveillé par l’armée israélienne.

La passerelle enjambe le Mur des Lamentations

Sur la passerelle

Malgré le calme qui régnait là, nous avons été témoins de scènes nous rappelant que le feu couvait toujours ; nous sommes arrivés sur l’Esplanade avec des visiteurs accompagnés de militaires !!! et immédiatement  des femmes se sont mise à scander des slogans en arabe (voir vidéo ci-dessous). Puis des groupes de très jeunes se sont mis à courir bruyamment à travers les lieux, provoquant parmi nous une certaine anxiété.

Dans la vieille ville de Jérusalem, vers l’entrée des musulmans à l’Esplanade des Mosquées

La révolte des palestiniens musulmans a été provoqué par la mise en place de portiques de sécurité sur ces entrées libres pour eux. Depuis le gouvernement israélien les a fait démonter (ce que nous avons vu à la TV) mais le problème de la reconnaissance de ce lieu saint  musulman reste entier et demeure un problème international qui devrait nous mobiliser plus quelque soit notre religion. Et si le St Sépulcre (chrétien) était interdit aux pèlerins occidentaux ?

Réussite

Réussie, cette initiative culturelle, à l’ancien Hôpital de la porte Madeleine à Orléans, ouvert exceptionnellement et sûrement pour la dernière fois au public . voir mon précédent billet.

Les visiteurs s’y sont pressés dès vendredi soir puis tout le WE de la Pentecôte.

Aujourd’hui place aux écoles.

« Avec la même classe, ils étaient en CP, nous étions allés voir la précédente manifestation de street  art  à  Orléans, cette année ils ont en CM2 et je les ai demandé d’apporter un crayon et bloc notes ». J’explique l’institutrice de l’école Gutenberg d’Orléans. « C’est facile pour nous, on prend le tram et nous sommes là. « 

Et ils se font entendre ces enfants dans ce cloitre au haut plafond, ils courent à la recherche de l’œuvre qui aura leur préférence pour la dessiner ensuite. De temps en temps ils frôlent d’un peu trop prêt mais il faut bien s’en imprégner trouver son inspiration! Ça stresse un peu Jean Michel, de permanence cet après midi , « Heureusement la maîtresse n’est jamais loin ! »

En attendant j’ai un plaisir immense de voir ces jeunes apprécier ces réalisations. Les commentaires ne manquent pas plein de leur générosité enfantine.

La fresque qui aurait le suffrage des enfants serait… le « tableau noir » dessiné à la craie la semaine dernière par l’ensemble des artistes exposants, après qu’ils aient réalisé leur performance.

Œuvre collective… noter en bas « Jean Mi président »!!!

Les élèves en pleine création

 

Gros plan pour esquisse

Des rencontres

Rencontre avec Brice Mare

Des coopérations ?

Les tableaux noirs prévus pour l’imagination des visiteurs ont eu aussi beaucoup de succès.

A plus

L’Hôpital d’Orléans, l’ancien, celui de la porte Madeleine, accueillent du 2 juin au 11 juin 2017 un festival de Street Art .

Les organisateurs et l’association Sacrebleu ont transformé ce lieu, datant XIX siècle et ayant accueilli des milliers de patients, en un lieu de plaisir des yeux.

Vendredi la presse locale  titrait : « Un Louvre du street art », bonne idée,  mais l’art de la rue, n’est-il pas d’abord l’art de rendre l’urbain plus agréable ? Lorsque l’on s’attarde, rue des Carmes à Orléans devant le MUR renouvelé tous les mois (voir mon blog). A l’Hôpital de la Porte Madeleine l’entrée est gratuite !

Ce vendredi, jour du vernissage, beaucoup de visiteurs retrouvaient ce lieu pour la première fois , on entendait   » c’est là que j’ai accouché ! J’y ai emmené mon enfant lors de son accident », etc.. Il me semble que rien n’avait changé depuis le déménagement de l’été 2013.

Le maire et l’adjointe à la culture  ont fait l’honneur leur présence, aux organisateurs, principalement  Jean  Michel Ouvry  . Chapeau à ce jeune orléanais qui a mené de front la réalisation d’une fresque tout en coordonnant cette manifestation. Quel chantier, ça devait être la semaine précédente ! Tous les graffeurs invités ont réalisé leurs principales œuvres in situ comme s’ils étaient devant un mur en ville. J’aurai bien aimé filmer leurs performances mais le chantier était « interdit au public ». Il était sûrement très intéressant d’observer les multiples techniques utilisées. Faute de film je me suis lâché en photographiant les réalisations.

Les quelques photos qui suivent ont pour objectif de vous donner envie de satisfaire comme moi à votre curiosité et en plus c’est gratuit.

La fresque de Jean Michel Ouvry (3mx2m)

Ce cloître permettait d’accéder aux différents services de l’hôpital, aujourd’hui pour le plaisir des yeux et la découverte il sert d’exposition.

L’intérieur

Discussion professionnelle entre graffeurs

Mes coups de cœur

Steffie Brocoli, elle fait des livres pour enfants…

Supakitch et ses dégradés (2×3)

Jan Garet

 

Mes découvertes

Brice Maré

Détail, du scotch !

Une série de vitraux

Les coups de cœur des visiteurs

ou les plus photographiés

Koralie

Koralie (2×3)

Et toujours… pour venir découvrir du beau travail et beaucoup de rêve.

Il y a des personnes avec lesquelles on voudrait être ami et partager davantage. Matthieu Ricard est de ceux là.
Depuis plusieurs semaines mes proches m’avaient informé que Matthieu Ricard venait à Orléans invité par Fortissimo (voir sur un autre billet) .
Je connaissais cet homme pour l’avoir aperçu il y a très longtemps à la TV. Son parcours personnel n’était pas banal : fils de personnalités françaises connues, scientifique reconnu, il avait décidé d’aller vivre au Tibet et de devenir moine bouddhiste.

Progressivement il est devenu interprète du Dalaï Lama dans ses voyages en France. J’avais aussi découvert ses surprenantes photos vendues à Yellowkorner . Je n’avais jamais fait attention à ses écrits, n’étant pas attiré par l’orientalisme et la philosophie bouddhiste qui me semblait trop individualiste.

 

 

Vendredi 6 janvier, Matthieu Ricard était présent pour une rencontre gratuite exceptionnelle à l’Hôtel du Département (Orléans).

L’auteur de « Plaidoyer pour le bonheur » inaugurait un cycle de conférences du Département sur le thème du lien social et abordait le sujet de la fraternité devant près de 400 personnes qui s’étaient librement inscrites.

 

Les auditeurs sont assis dans le hall du Conseil Départemental vendredi après midi.

Cette conférence complétée par le concert donné quelques heures plus tard (voir le billet précédent) a été une révélation pour moi.

Je vais sûrement retrouver Matthieu Ricard dans ses livres. D’autant que sa philosophie rejoint, à mon avis, celle de Michel Serres dans le livre dont je viens de commencer la lecture  » darwin, bonaparte et le samaritain « .

En attendant je vous propose d’écouter des extraits de la conférence.

Plus »

Pollution…

En début de cette nouvelle année 2017 je vous fais partager le spectacle magnifique que nous avons sous les yeux depuis le 30 décembre. Il parait que cette neige est provoquée par la pollution de l’atmosphère mais c’est beau. Au moins, la pollution avec ses dégâts de plus en plus importants, nous aura apporté de beaux sujets à photographier et à faire partager…peut être aux amis qui habitent les sommets des montagnes et qui attendent de chausser les skis.

Plus »

En novembre 2014, nous avons fait un séjour de 14 jours à Cuba avec une agence LVJ.

Notre périple passait tout naturellement par la baie des Cochons, au lieu de la résistance de Cuba aux Etats Unis.

cart2007

Paysage calme de bord de mer et pourtant il y a 55 ans

Paysage calme de bord de mer et pourtant il y a 53 ans…

Rappel historique :

  • Fidel Castro débarque à Cuba le 25 novembre 1956. 1er janvier 1959 les révolutionnaires annoncent leur victoire après la fuite de Batista.
  • 3 janvier 1960 rupture des relations diplomatiques avec les États Unis.
  • 17 avril 1961 tentative de débarquement de la baie des Cochons par des exilés cubains de Miami.

Sur le chemin de ce lieu, le chauffeur de notre car annonce à la guide et à responsable du voyage « je connais bien le lieu, j’y ai combattu ». Surprise générale et étonnement compte tenu de l’âge de ce conducteur.

Après quelques discussions, René prend le relai de Theresita. Comprenant notre chance, j’ai décidé de filmer : Plus »

Jeanne des abattements….C’est le titre d’une pièce que vient de monter une troupe de théâtre, la compagnie Offshore à Orléans.

Affiche de la pièce

Ce lundi, 7 novembre, je me suis retrouvé dans l’obscurité des gradins de la salle du théâtre Gérard Philipe de mon quartier, j’étais là invité par le metteur en scène, un ami. Il m’avait sollicité pour filmer sa pièce et ce lundi je faisais les réglages. Pendant toute l’après midi j’ai donc assisté avec grand plaisir à la première répétition de la pièce que sa compagnie donnait le jeudi suivant.

Les comédiens et comédiennes professionnels que Michel Lefevre avait recruté  venaient d’horizons géographiques différents, Lyon, Paris, Tours et du département. Ils étaient pour la plupart des anciens élèves de Michel .

La résidence

Depuis plusieurs semaines  ils avaient travaillé sur la pièce séparément ou en petit groupe. Pour la première fois ils se retrouvaient ensemble au TGP « en résidence »  un Week End entier et quelques jours.

A la fin, « en sortie »  ils ont joué jeudi soir devant une salle pleine d’amis, de passionnés et de jeunes du lycée.

Plus »

Depuis 1978 et tous les deux ans, Saint Brisson sur Loire, petite commune du Giennois, plus connue par son château qui surplombe la Loire, est le rendez vous des artistes, peintre et sculpteurs, contemporains. Depuis 2008,  j’ai rendez vous  avec ce Salon. Voir les billets sur ce blog en cliquant sur l’étiquette « Galerie d’art », ou en cherchant les dates de novembre 2008, 2012 et 2014.

Lors des visites précédentes  j’avais été accueilli par Michel Chevalier, le fondateur de cette biennale. Cette année c’est Jean Michel EVEZARD, le secrétaire du Comité d’organisation et de l’Association Art Patrimoine et Société,  qui m’a chaleureusement accueilli. C’est lui qui a tenu à m’adresser le fichier de l’affiche ci dessous.

affiche-a5

Jusqu’au 20 novembre si vous passez par là n’hésitez pas un instant pour découvrir ce lieu de …plaisirs !

Lu dans le journal local « La Rep » le 30/10/2016

32 artistes, peintres et sculpteurs, réunis jusqu’au 20 novembre.

Comme à l’accoutumée, les amateurs d’art n’ont pas raté, vendredi, le vernissage du salon européen de Saint-Brisson. © Pascale Auditeau

Des œuvres de très grande qualité présentées au salon européen d’art contemporain de Saint-Brisson-sur-Loire, jusqu’au 20 novembre.
Saint-Brisson-sur-Loire, ses 1.000 habitants, ses trois commerces, son « air pur », selon le maire, Claude Pléau… et son salon européen d’art contemporain.
Vendredi, l’un des plus beaux salons de la région Centre-Val de Loire a ouvert ses portes à l’espace Séguier, lors d’un vernissage qui a rassemblé artistes et amateurs d’art.
L’événement a lieu tous les deux ans et, une fois de plus, force est de constater l’incroyable qualité des œuvres exposées.
En tout, 32 créateurs ayant acquis une renommée internationale sont présents, tant dans le domaine de la peinture que dans celui de la sculpture.
Des artistes venus du Chili, comme Lenka Chelen-Franulic, d’Espagne comme Soledad Fernandez ou Raquel Perez Farinas, d’Europe de l’Est (Olga et Sergey, alias Kamu), de Roumanie (Mariana Mihut)…
Trois galeries participent au salon
Pendant des mois, les membres de l’association organisatrice, Art Patrimoine et Société (auparavant l’Association Post-Scolaire crée en 1964 par Michel Chevalier à Saint-Brisson) ont inlassablement cherché les artistes les plus brillants de leur génération, fréquentant salons internationaux et galeries, dont L’Art ancien (Orléans), The Little Gallery (Saint-Emilion) et la galerie Vieceli de la place des Vosges (Paris), qui participent à l’événement.
Une quête qui, depuis toujours, fait le succès du salon de Saint-Brisson-sur-Loire, né en 1978, « un salon de province » qui n’a rien à envier à ceux organisés à Paris.
Il est ouvert tous les jours, jusqu’au 20 novembre inclus, de 14 heures à 18 heures, et de 10 heures à 12 h 30 et de 14 heures à 19 heures, les samedis et dimanches, lundi 31 octobre, mardi 1 er novembre, vendredi 11 novembre.
Pratique. Entrée libre et gratuite. Prix du catalogue: 6 €.
Pascale Auditeau

Voyage dans le Salon de Saint Brisson 2016

Plusieurs étapes ont constitué cette nouvelle découverte,

  • un tour des 170 tableaux ou sculptures,
  • des coups de cœurs avec déclenchement de mon appareil photo
  • puis à la maison devant l’ordinateur, légende d’après le catalogue et choix des clichés  suivant les impressions que m’ont procurées ces œuvres : les diversités, les bonheurs, les ravissements.

Plus »

Toujours  en colère de la bêtise humaine qui tue des milliers de civiles et détruit tout un pays, je continue de feuilleter mes photos d’excursion en Syrie en 2009.

Photos d'actualité...

Photos d’actualité…

En septembre 2009 nous étions au Liban chez des amis . A notre demande ils nous ont accompagné jusqu’en Syrie. Dès la frontière nous avons découvert une Syrie autoritaire, le passage a été long, les tracasseries administratives contraignantes, coté Syrie les policiers étaient omniprésents. Nous sommes sur l’autoroute Beyrouth-Damas, voie stratégique coupée régulièrement lors des crises entre les deux pays.

damas (2)

A l'arrivée à Damas nous sommes dans l'ambiance car des portraits du président dominent l'autoroute.

A l’arrivée à Damas nous sommes dans l’ambiance car des portraits des  présidents père et fils  dominent l’autoroute.

 

L'entrée de la capitale souvenir des pays de l'Est

L’entrée de la capitale

Le Musée National abrite la plus riche collection archéologique de Syrie (Guide bleu).

Des souks toujours animés et pleins de couleurs.

Un des souks du centre ville

Un des souks du centre ville

Et la célèbre Grande Mosquée des Oméyyades, lieu vénéré depuis de début de l’Islam .

Au centre de l'immense cou, lieu de vie, le Bassin des Ablutions

Au centre de l’immense cou, lieu de vie, le Bassin des Ablutions

 

Dans la salle de prière… tolérance totale pour le non musulman que je suis.

Dans la Mosquée

Dans la Mosquée

Le Qalamoun

Cet ilot chrétien, à 60 km au nord de Damas, était un centre de pèlerinage vivace. Longtemps les chrétiens de cette région ont été alliés au régime (voir plus bas les photos des présidents voisinant les icônes pieuses). Puis bombardements, prises d’otages, calvaires des civiles syriens ont poussé la hiérarchie chrétienne à changer de camp.

Les premiers ermites se fixèrent là à l'abri des grandes routes commerciales Damas-Alep

Les premiers ermites se fixèrent là à l’abri des grandes routes commerciales Damas-Alep

IMG_0557

Du haut du monastère de Saidnaya

Le monastère de Saidnaya

Le monastère de Saidnaya

Ce jour là des chrétiens venaient d'y faire baptiser un de leurs enfants

Septembre 2009. Ce jour là des chrétiens venaient d’y faire baptiser un de leurs enfants

On range les tapis qui ont servi pour héberger les pèlerins durant la nuit.

On range les tapis qui ont servi pour héberger les pèlerins durant la nuit.

MAALOULA

Ce petit village à 1650m d’altitude tient sa notoriété au monastère St Serge qui aurait été fondé à l’époque de Constantin, perché au sommet d’une haute falaise. Dans le sanctuaire une très ancienne table du maître-autel attire l’attention de tous car il a la forme d’un demi-cercle comme les autels païens. J’ai découvert sur Internet que cette pièce unique venait d’être brisée lors de la guerre.

C’est là que nous avons écouté le Notre Père dit en araméen. Pour écouter :

La jeune guide Georgette qui nous a récité le Notre Père en araméen, la langue du Jésus.

La jeune guide Georgette qui nous a récité le Notre Père en araméen, la langue du Jésus.

Le flot des pèlerins et touristes (même voilées) se pressent plutôt dans l’enceinte du monastère Ste Thiècle, au bas de la falaise .

Une étroite faille descend au monastère Ste Thiècle.

Une étroite faille descend au monastère Ste Thiècle.

Les matelas qui servent aux pélerins

Les matelas qui servent aux pèlerins

La nourriture terrestre

La nourriture terrestre

Et maintenant ces  cars de pèlerins ne transportent plus des pèlerins joyeux mais sûrement d'infortunées familles partant se réfugier à l'abri des bombes.

Et maintenant ces cars ne transportent plus des pèlerins joyeux mais sûrement d’infortunées familles partant se réfugier à l’abri des bombes.