Périgny est une ville qui jouxte La Rochelle à l’est .

En ce moment jusqu’au 20 juin 2018 la Médiathèque expose des œuvres d’artistes locaux du street art.

Invité par Adam, un habitant de Périgny, nous avons visité cette expo bien sympa. J’ai eu aussi la chance de rencontrer l’animateur de la Médiathèque. Il m’a fait partager sa satisfaction de recevoir beaucoup d’élèves des classes de Périgny. Il y a même une classe qui revient  plusieurs fois pour s’initier au dessin et au graff.

Ci dessous quelques images de cette exposition .

Vue générale de l’expo

Un panneau pour faire l’historique du street art dans le Monde. La dernière image est celle du Gabut le temple du street art à La Rochelle depuis 1998.

Un des coins pédagogiques

Tableau de Drast, un autre artiste de La Rochelle

Peinture d’EPEO, graphiste, graffeur de La Rochelle. Il a travaillé avec des détenus de la prison de Saint Martin en Ré

Autre style d’EPEO

Clin d’oeil à sa ville , d’EPEO

La fresque pérenne de la salle de lecture de la Médiathèque

Vivement la nouvelle fresque de la zone industrielle de Périgny que le maire a promis lors de l’inauguration de l’exposition.

 

 

Les Fêtes de Jeanne d’Arc sont une institution à Orléans. Ces fêtes commémorant la délivrance de la ville en 1429. Elles sont inscrites à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel de France.

Ces fêtes se déroulent du 1er au 10 mai, elles attirent beaucoup de touristes. Pour beaucoup d’orléanais il est de tradition d’assister à ses fêtes.Voyez plutôt le programme .

On dit qu’une partie de la ville voit défiler une autre partie lors du défilé final dans les rues d’Orléans. Pour cette procession qui entoure Jeanne d’Arc à cheval est constituée des notables, des institutions civiles et religieuses de la ville. Régulièrement les défenseurs de la laïcité critiquent ce mélange des genres…surtout au moment de la cérémonie de la remise de l’étendard par l’évêque sur le parvis de la Cathédrale . Il semble qu’à Orléans la tradition est solide .

Autre tradition, le choix de la jeune fille qui incarne Jeanne d’Arc . Ce choix est réalisé tous les ans par un jury de personnalités fidèles de la tradition selon 4 critères. Les candidates doivent être nées à Orléans et y résider depuis 10 ans , elles doivent être lycéennes catholiques pratiquantes et avoir participé régulièrement à des actions de bénévolat . Depuis toujours ce fut une jeune fille  blanche et cette année la diversité de la jeunesse orléanaise a fait que le choix s’est porté sur Mathilde, une franco-béninoise. Notre Jeanne d’Arc 2018 est donc métisse.

Mathilde, Jeanne 2018

 

Ce choix a provoqué la vocifération des identitaires et la presse nationale s’en est fait largement l’écho il y a plusieurs semaines. D’ailleurs la mairie annonce une présence exceptionnelle des journalistes. On dit même que le Premier Ministre invité d’honneur est là pour défendre Mathilde.

Jeanne d’Arc à La Source

A la demande de l’Association des Habitants de la Source lors d’une réunion publique, les commémorations sont sortis enfin des sites traditionnels pour se rendre dans le nouveau quartier de La Source. Nous en sommes à la troisième édition.

Il s’agit d’un événement important car notre quartier se sent souvent  oublié du centre ville distant de 15 km. Une grande fierté motive les différentes associations qui  participent à l’organisation de cet événement : accueillir Jeanne d’Arc et faire ainsi partie de la fête.

Mon quartier à la sociologie hétérogène composée d’immeubles habités principalement par des immigrés pauvres et par un secteur pavillonnaire plus favorisés. Ce lieu est multiculturel et le métissage s’y retrouve très souvent.  Peut être que de nombreux jeunes trop souvent discriminés par leur couleur de peau et de leur origine ont trouvé en cette Jeanne d’Arc métissée une fierté supplémentaire.

Arrivée de Mathilde dans la Clairière au centre du quartier.

Pour l’occasion les cavaliers du club hippique voisin, le Poney Club, se sont associés à la chevauchée.

Arrivée des cavaliers du Poney Club. Une première …

Un moment exceptionnel.

Mathilde est descendue de cheval pour répondre aux questions des enfants.

Avec le Maire (à droite) Mathilde s’installe avec ses compagnons pour répondre aux questions des enfants; à gauche en rose la présidente du Jury veille aux « faits et gestes de sa protégée.

 

Mathilde répond aux enfants

Des enfants très attentifs

Après cette rencontre avec les enfants, Mathilde répond aux journalistes

Une occasion de se rencontrer à la sortie d’un hiver difficile.

Ce samedi après midi comme Olivier Carré, le Maire, Mathilde poursuivra sa visite  en assistant à un spectacle de fauconnerie et parcourra la Clairière parmi les « sourciens » venus plus nombreux que les autres fois.

Mathilde parcoure la Clairière et n’hésite pas accompagnée du Maire d’Orléans à poser. Hasard la petite blonde s’appelle Jeanne …

 

Mathilde attentive devant l’exposition sur les représentations de Jeanne d’Arc dans le Monde

Lundi soir Mathilde sera sur le parvis de la Cathédrale et mardi elle assistera  à une grand messe solennelle avant la procession traditionnelle selon un rite datant de 1855.

 

 

Comme tous les fins de mois, un artiste s’est emparé du MUR d’ORLEANS. C’était le jeudi 22 février 2018. Franck Pellegrino arrivait directement de Paris. Malgré le froid Franck Pellegrino s’est mis à l’œuvre sur le tableau blanc, le mur repeint  par les initiateurs  Ludovic Bourreau et Jean Michel Ouvry accompagnés par la Ville d’Orléans. Depuis le 26 janvier ce Mur du Centre ville d’Orléans était l’œuvre du peintre Ratur . C’est la règle chaque mois ce Mur est recouvert comme dans de nombreuses villes de France  !

Franck Pellegrino est né en 1986, il réside à Paris mais il se déplace dans le Monde, il revenait d’Afrique du Sud…

Samedi Franck Pellegrino avait terminé sa fresque .

L’intérêt de ce Mur est d’être peint dans un style différent chaque mois. Ce mois -ci on retrouve un ensemble de lignes droites et de courbes.

Je viens de recevoir les vœux de l’Association d’ Echanges Culturels  Hebron-France. Nous nous sommes rencontrés en mai 2015 à Hébron avec un groupe d’amis de Point Voyages ( Voir mon billet de cette époque

et depuis nous avons gardé le contact grâce à Internet .

 

Les  amis d’Hebron œuvrent avec courage et persévérance pour la solidarité et la dignité de la population, malgré les attaques liées à la colonisation…Je ne sais pas si cette nouvelle année apportera des changements importants en Palestine mais j’ai vu, j’ai ressenti leur détermination et constate toujours leur volonté pour conserver des liens forts avec la France ; je suis amère quand j’observe le peu de considération des dirigeants de mon pays pour eux. Comment sensibiliser mon sénateur, mon député, mon maire, etc…à leur cause si juste ?

Je pense également à l’Association d’aide aux enfants de Silwan (Jérusalem Est) que nous avions rencontré et qui se bat contre la destruction de leurs maisons par des archéologues israéliens, toujours plus à l’œuvre selon des lectures récentes. voir cet article de XXI orient.

 

 

 

 

 

L’Événement culturel  de ce mois d’Aout 2017 à Orléans.

l’affiche du MUR

Les animateurs du MUR d’Orléans Ludovic Bourreau et Jean Michel Ouvry ont fait très fort pour la 7éme édition du MUR d’Orléans. Ils ont invité Marko93, l’un des plus Grands graffeurs actuels. Plus »

Actualité : violences sur l’Esplanade des Mosquées  à Jérusalem. Retour sur mon séjour en 2015 (voir tous les articles sur ce blog « Palestine »)

Carte Internet

 

En ce moment l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem  est l’objet d’un grave conflit entre l’État d’Israël et les musulmans. C’est à bon escient que je présente ainsi les graves troubles actuels à Jérusalem. L’Esplanade des Mosquées est le deuxième lieu saint des musulmans du Monde après La Mecque.  D’après la tradition islamique le Rocher qui se situe sur l’Esplanade est le point d’où Mahomet est monté au paradis.

L’esplanade des Mosquées et le Dôme du Rocher.

Pour les juifs c’est le lieu où Abraham a préparé son fils Isaac au sacrifice et le lieu où été construit le Temple de Salomon détruit par les romains en 70. De ce temple il ne reste que le soubassement occidental appelé Mur des Lamentations, au lieu des juifs du Monde entier.

Détail du Mur des Lamentations

Archéologues israéliens en recherche

Ce temple sacré dans l’histoire des juifs fait l’objet de nombreuses recherches archéologiques et le rêve de ceux ci est de le reconstruire.

Ce lieu est un havre de paix, mais régulièrement les israéliens en interdisent l’accès.

La coupole du Dôme du Rocher a été restauré par les jordaniens « gardiens » des lieux. Les parasols abritent du soleil pour la prière.

Au pieds de la mosquée Al-Aqsa, les femmes veillent là car cet édifice a été très souvent profané.

En juin 2015 nous visitions Jérusalem et la Palestine. Nous avons parcouru ces lieux avec le sentiment d’être sur une terre, très chargée religieusement, une terre dite Sainte amis qui est l’objet de conflit et de guerre . Touristes, nous avons pu découvrir ces lieux sans difficulté particulière. L’accès des touristes à l’Esplanade par la passerelle provisoire en bois qui enjambe le Mur des Lamentations était  sécurisé par un portique surveillé par l’armée israélienne.

La passerelle enjambe le Mur des Lamentations

Sur la passerelle

Malgré le calme qui régnait là, nous avons été témoins de scènes nous rappelant que le feu couvait toujours ; nous sommes arrivés sur l’Esplanade avec des visiteurs accompagnés de militaires !!! et immédiatement  des femmes se sont mise à scander des slogans en arabe (voir vidéo ci-dessous). Puis des groupes de très jeunes se sont mis à courir bruyamment à travers les lieux, provoquant parmi nous une certaine anxiété.

Dans la vieille ville de Jérusalem, vers l’entrée des musulmans à l’Esplanade des Mosquées

La révolte des palestiniens musulmans a été provoqué par la mise en place de portiques de sécurité sur ces entrées libres pour eux. Depuis le gouvernement israélien les a fait démonter (ce que nous avons vu à la TV) mais le problème de la reconnaissance de ce lieu saint  musulman reste entier et demeure un problème international qui devrait nous mobiliser plus quelque soit notre religion. Et si le St Sépulcre (chrétien) était interdit aux pèlerins occidentaux ?

Réussite

Réussie, cette initiative culturelle, à l’ancien Hôpital de la porte Madeleine à Orléans, ouvert exceptionnellement et sûrement pour la dernière fois au public . voir mon précédent billet.

Les visiteurs s’y sont pressés dès vendredi soir puis tout le WE de la Pentecôte.

Aujourd’hui place aux écoles.

« Avec la même classe, ils étaient en CP, nous étions allés voir la précédente manifestation de street  art  à  Orléans, cette année ils ont en CM2 et je les ai demandé d’apporter un crayon et bloc notes ». J’explique l’institutrice de l’école Gutenberg d’Orléans. « C’est facile pour nous, on prend le tram et nous sommes là. « 

Et ils se font entendre ces enfants dans ce cloitre au haut plafond, ils courent à la recherche de l’œuvre qui aura leur préférence pour la dessiner ensuite. De temps en temps ils frôlent d’un peu trop prêt mais il faut bien s’en imprégner trouver son inspiration! Ça stresse un peu Jean Michel, de permanence cet après midi , « Heureusement la maîtresse n’est jamais loin ! »

En attendant j’ai un plaisir immense de voir ces jeunes apprécier ces réalisations. Les commentaires ne manquent pas plein de leur générosité enfantine.

La fresque qui aurait le suffrage des enfants serait… le « tableau noir » dessiné à la craie la semaine dernière par l’ensemble des artistes exposants, après qu’ils aient réalisé leur performance.

Œuvre collective… noter en bas « Jean Mi président »!!!

Les élèves en pleine création

 

Gros plan pour esquisse

Des rencontres

Rencontre avec Brice Mare

Des coopérations ?

Les tableaux noirs prévus pour l’imagination des visiteurs ont eu aussi beaucoup de succès.

A plus

L’Hôpital d’Orléans, l’ancien, celui de la porte Madeleine, accueillent du 2 juin au 11 juin 2017 un festival de Street Art .

Les organisateurs et l’association Sacrebleu ont transformé ce lieu, datant XIX siècle et ayant accueilli des milliers de patients, en un lieu de plaisir des yeux.

Vendredi la presse locale  titrait : « Un Louvre du street art », bonne idée,  mais l’art de la rue, n’est-il pas d’abord l’art de rendre l’urbain plus agréable ? Lorsque l’on s’attarde, rue des Carmes à Orléans devant le MUR renouvelé tous les mois (voir mon blog). A l’Hôpital de la Porte Madeleine l’entrée est gratuite !

Ce vendredi, jour du vernissage, beaucoup de visiteurs retrouvaient ce lieu pour la première fois , on entendait   » c’est là que j’ai accouché ! J’y ai emmené mon enfant lors de son accident », etc.. Il me semble que rien n’avait changé depuis le déménagement de l’été 2013.

Le maire et l’adjointe à la culture  ont fait l’honneur leur présence, aux organisateurs, principalement  Jean  Michel Ouvry  . Chapeau à ce jeune orléanais qui a mené de front la réalisation d’une fresque tout en coordonnant cette manifestation. Quel chantier, ça devait être la semaine précédente ! Tous les graffeurs invités ont réalisé leurs principales œuvres in situ comme s’ils étaient devant un mur en ville. J’aurai bien aimé filmer leurs performances mais le chantier était « interdit au public ». Il était sûrement très intéressant d’observer les multiples techniques utilisées. Faute de film je me suis lâché en photographiant les réalisations.

Les quelques photos qui suivent ont pour objectif de vous donner envie de satisfaire comme moi à votre curiosité et en plus c’est gratuit.

La fresque de Jean Michel Ouvry (3mx2m)

Ce cloître permettait d’accéder aux différents services de l’hôpital, aujourd’hui pour le plaisir des yeux et la découverte il sert d’exposition.

L’intérieur

Discussion professionnelle entre graffeurs

Mes coups de cœur

Steffie Brocoli, elle fait des livres pour enfants…

Supakitch et ses dégradés (2×3)

Jan Garet

 

Mes découvertes

Brice Maré

Détail, du scotch !

Une série de vitraux

Les coups de cœur des visiteurs

ou les plus photographiés

Koralie

Koralie (2×3)

Et toujours… pour venir découvrir du beau travail et beaucoup de rêve.

Il y a des personnes avec lesquelles on voudrait être ami et partager davantage. Matthieu Ricard est de ceux là.
Depuis plusieurs semaines mes proches m’avaient informé que Matthieu Ricard venait à Orléans invité par Fortissimo (voir sur un autre billet) .
Je connaissais cet homme pour l’avoir aperçu il y a très longtemps à la TV. Son parcours personnel n’était pas banal : fils de personnalités françaises connues, scientifique reconnu, il avait décidé d’aller vivre au Tibet et de devenir moine bouddhiste.

Progressivement il est devenu interprète du Dalaï Lama dans ses voyages en France. J’avais aussi découvert ses surprenantes photos vendues à Yellowkorner . Je n’avais jamais fait attention à ses écrits, n’étant pas attiré par l’orientalisme et la philosophie bouddhiste qui me semblait trop individualiste.

 

 

Vendredi 6 janvier, Matthieu Ricard était présent pour une rencontre gratuite exceptionnelle à l’Hôtel du Département (Orléans).

L’auteur de « Plaidoyer pour le bonheur » inaugurait un cycle de conférences du Département sur le thème du lien social et abordait le sujet de la fraternité devant près de 400 personnes qui s’étaient librement inscrites.

 

Les auditeurs sont assis dans le hall du Conseil Départemental vendredi après midi.

Cette conférence complétée par le concert donné quelques heures plus tard (voir le billet précédent) a été une révélation pour moi.

Je vais sûrement retrouver Matthieu Ricard dans ses livres. D’autant que sa philosophie rejoint, à mon avis, celle de Michel Serres dans le livre dont je viens de commencer la lecture  » darwin, bonaparte et le samaritain « .

En attendant je vous propose d’écouter des extraits de la conférence.

Plus »

Pollution…

En début de cette nouvelle année 2017 je vous fais partager le spectacle magnifique que nous avons sous les yeux depuis le 30 décembre. Il parait que cette neige est provoquée par la pollution de l’atmosphère mais c’est beau. Au moins, la pollution avec ses dégâts de plus en plus importants, nous aura apporté de beaux sujets à photographier et à faire partager…peut être aux amis qui habitent les sommets des montagnes et qui attendent de chausser les skis.

Plus »