16. novembre 2017 · Commentaires fermés sur Opera à Orléans · Catégories: Mes coups de coeur · Tags: ,

Attention ! ce n’est pas de la musique, ni de la danse, ni du chant, c’est presque tout cela en même temps. OPERA est le nom d’un artiste qui dessine des mouvements, assemble des couleurs pour en faire une fresque.

La fresque terminée

OPERA de son vrai nom Stephane Vignal est venu à Orléans pour réaliser le nouveau MUR d’Orleans, les vendredi 27 et samedi 28 octobre 2012. J’ai eu le plaisir de le suivre tout au long de sa performance en public en plein centre d’Orléans , rue H.Roy.

Il est le 9ème artiste de street art  à réaliser la fresque du MUR d’Orléans. Sur ce blog j’en ai suivi plusieurs (voir en cliquant sur l’étiquette: « arts urbains »).

Les promoteurs de cette heureuse initiative Jean Michel Ouvry et Ludovic Boureau avec la ville d’Orléans, proposent aux orléanais une palette de street art toujours très large; il y en a pour tous les goûts. Je pense que la fresque de OPERA va bouleverser une fois de plus certains préjugés sur le graffiti. Avec l’art de Stephane Vignal nous sommes très loin des tags qui pollueraient nos villes.

Stephane Vignal un artiste contemporain

Stéphane a 34 ans. Il est diplômé d’un BTS en Com’Visuel en 2005. Il a commencé comme tous, dans les tags plus spécialisé dans le lettrage;  il paraît que c’est obligatoire pour entrer dans le petit monde des graffeurs. Puis comme beaucoup, pour gagner sa vie, Stéphane a illustré l’environnement de grandes marques . Vous avez sûrement vu certaines de ses illustrations. C’est beau et ça change des photos publicitaires.

On dit (parce que je ne suis pas spécialiste) que OPERA se situe dans la lignée des grands tels que Vasarely et Kandinsky. Et pour moi d’une période de Picasso.

Premiers traits

Vendredi 27 octobre 11h

OPERA a préparé sa performance avec beaucoup de soin : des mètres de ruban adhésif, spécial peinture, 14 couleurs et une esquisse réalisée avec son ordinateur.

« Coloriages » d’art

 

Une fresque réalisée avec grand soin .

Comme vous voyez dans ces vidéos Stéphane Vignal dénote de l’image du grapheur-tagueur . il n’a pas la casquette visière en arrière, ses vêtements sont propres. Il est venu à Orléans accompagné de sa jeune femme « ce n’est pas loin de Paris j’ai pris en congé et j’en profite pour visiter Orléans, demain nous visiterons ensemble Chambord… » . Stéphane  n’hésite à l’embrasser tendrement …ou à publier sur les réseaux sociaux les photos de leur mariage ..en blanc.

Une collaboratrice admiratrice et conjointe

Un gars sympa toujours prêt à parler de sa fresque, à prendre du temps avec ses « spectateurs » jeunes et vieux qui s’arrêtent de plus en plus devant sa réalisation. Il stresse même les organisateurs qui se demandent s’il pourra finir tant il perfectionne son œuvre : pas une bavure, pas un trait moins net , pas un dégradé de couleur oublié, etc…

N’hésitez pas à le retrouver sur Internet .

Merci Opéra, Stéphane Vignal pour votre disponibilité . Vous contribuez à embellir Orléans et notamment le quartier des Carmes.

Attention nouveau mur les 24 et 25 novembre 2017

réalisé par 10 Mussy une des 10 % de  femmes grapheuses.

 

31. octobre 2017 · Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires. · Catégories: Mes coups de chapeau

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Dimanche dernier je suis passé devant la façade de la célèbre Maison de la Culture de Bourges. C’est dans ce lieu dans les années 1968-1969 que j’ai découvert et appris à aimer le théâtre, j’avais 24 ans.

Maintenant après avoir été au centre de la vie culturelle et notamment du Printemps de Bourges, ce haut lieu de l’art accessible à tous, est abandonné pour raison de sécurité ou parce qu’un architecte, que je ne connais pas, a dessiné un autre lieu . Je connais des militants qui ont agit pour la restauration de cette maison sur son emplacement actuel mais ils ont perdu, ils poursuivent néanmoins leur défense de la culture populaire (voir mon dernier billet sur le concert de Brel à la Cathédrale de Bourges).

Heureusement, ce lieu n’est pas tout a fait abandonné car j’ai eu la surprise d’y découvrir le MUR de Bourges. C’est  « le collectif Urb’annale » qui depuis plusieurs années anime, en couleur, différents quartiers de la ville qui est à l’origine de cette fresque qui se renouvelle tous les deux mois.

La belle façade « art déco » dont les sculptures ont été réalisées en  1940 par François Popineau ancien enseignant de la célèbre Ecole des Beaux Arts de Bourges

Shamsham est un graffeur qui réalise des œuvres depuis 6 ans. Il a commencé à Lyon, puis à Gap

Au moment où je prenais ces photos un jeune fille dansait. J’ai eu l’impression que les mouvements de cette fresque  l’inspirait.

Comme des milliers de berruyers (les habitants de Bourges) j’ai gravi ces marches pour des découvertes et des bonheurs inoubliables

Pour info aux curieux…

L’affiche du décor de l’entretien télévisé du Président de la République de la semaine dernière est du graffeur OBEY, réalisée sur un mur du 12eme arrondissement de Paris en février 2017.

Photo Internet

Nous fêtions nos retrouvailles, dans un superbe gîte à Vasselay,  nous nous étions pas revus depuis 50 ans ! Une amie nous a parlé du grand concert gratuit qui se déroulait à 17h  dans la cathédrale de Bourges à 15 km. Quelle chance ! Des chansons de BREL dans la cathédrale à l’ombre de laquelle nous avions vécu les moments heureux que justement nous tentions de nous remémorer .

Nous avions 20 ans et Brel et ses chansons nous habitaient  régulièrement. Certes nous préférerions les chansons d’Anne Vanderlove ( Ballade en novembre) et son romantisme ou celles de Graeme Allwright (Petites Boites, Il faut que je m’en aille) qui berçaient nos soirées entre copains, d’autant qu’Anne ne manquait jamais de nous accompagner à la guitare.

Le gîte à recommander : Gîte des Foltiers  » 4 allée des Foltiers 18110 VASSELAY .

 

BREL,  nous l’écoutions peut être davantage dans l’intimité de notre chambre… et de toutes façons c’était à cette époque le Grand …le Grand Jacques.

Alors Dimanche, nous avons cessé d’évoquer nos souvenirs pour ne pas manquer cet grand rendez vous imprévu, Jacques Brel. A la cathédrale, la foule stressait les bénévoles placiers tant elle était dense. Extraordinaire,  en cet après midi d’automne 2017 ensoleillée comme en été, 1000 personnes avaient répondu à l’invitation des organisateurs Double-Coeur et les amis du Grand Orgue de Bourges. L’événement était donc d’une extrême importance. Si l‘asso Double-Coeur avait perdu récemment une « bataille » , celle de la restauration de la Maison de la Culture telle qu’elle rayonnait depuis son inauguration par A. Malraux en 1964, et faisait la fierté des berruyers (que j’étais), Elle sera reconstruite sur un autre emplacement pour faire plus moderne sûrement. Les bénévoles de Double-Coeur continuent d’animer avec brio et qualité la vie culturelle de Bourges.

La façade abandonnée de la célèbre Maison de la Culture de Bourges

Double-Coeur a réussi à nous apporter un grand moment de bonheur avec ce concert : Chansons de Jacques Brel à l’orgue.

France Brel

A trois reprises entre les morceaux d’orgue, France Brel, l’une des filles de Jacques Brel, anime ce concert. Jacques Brel l’avait choisi pour l’emmener sur son bateau vers les iles Marquises. C’est d’ailleurs la cathédrale-vaisseau qui servira à France Brel pour nous entrainer dans l’univers de son père. D’ailleurs presque indifféremment dans ses commentaires, elle l’appelle tantôt « Jacques »  comme lui a demandé de l’appeler son père, tantôt  « mon père » plus informatif.

France Brel

Pendant presque deux heures France BREL , tranquillement avec un accent dans lequel on imagine la voix de son père, elle nous fait découvrir les différents visages de Jacques BREL. Elle explique par des citations du maître ou des anecdotes la genèse de certains morceaux. Son attachement à son pays, la Belgique a été permanent , alors pourquoi évoquer Amsterdam qui ne se situe pas en Belgique, pour que ça sonne mieux que Ostende ! Avec la chanson « Ne me quittes pas » Jacques Brel montre sa faiblesse pour les femmes et surtout son refus de la solitude.

Ne me quitte pas

Avec « La valse à mille temps » il a voulu faire une chanson polémique énervé par la domination de la musique de danse. La lumière est aussi un thème souvent abordé par Jacques Brel, elle jaillit dans la célèbre chanson « La lumière jaillira ». Etc…

La lumière jaillira

Frédéric Lamantia

Cet organiste titulaire des Orgues du Grand Temple de Lyon s’est spécialisé dans la transcription pour orgue des musique de chansons francophones. D’après le programme offert pour ce concert, Il est le seul à avoir transcrit l es chansons de Barbara, Brassens, Ferrat. Comme vous l’entendrez dans les extraits ci joint il a fat un travail de créativité extraordinaire. L’instrument orgue est utilisé dans son ensemble. Les images video transmise en direct de sa tribune nous montre toutes les complexités de l’instrument, les multiples claviers, le pédalier. A l’orgue on joue à la fois avec les mains et les pieds. Ce direct de la tribune perchée magnifiquement 50 m de hauteur nous permet également d’observer la longue préparation des différents jeux (sonorités) nécessaire au morceau. Cet organiste réussit à nous prouver le potentiel énorme du roi des instruments de musique, en dehors de toute électronique. A noter que le Grand Orgue de Bourges  a 350 ans et bénéficie d’une longue histoire de restauration et d’amélioration tout en restant un orgue classique et l’entendre jouer  du contemporain est étonnant.

Jaurès

Les flamandes

Vesoul

Un final dans l’avenir et l’optimisme

Dans le programme-papier les organisateurs ont inclus le texte de « Quand on a que l’amour » . A la fin du concert, presqu’en apothéose,  France Brel nous propose de chanter ensemble. L’immense nef de la cathédrale  résonne du chœur des participants .

Quand on a que l’amour

Pour nous, copines et copains d’il y a 50 ans qui aimions tant chanter ensemble, nous terminons ce WE mémorable en chantant. Et là en cette fin d’après midi, nos voix se mêlent aux mille participants à ce concert. Heureux nous nous quittons.

 

Depuis plusieurs mois je m’intéresse à une initiative de la ville d’Orléans qui officialise le street art . Fini les graffitis sauvages et néanmoins talentueux pour certains de la friche Dessaux. Voir mon billet.

Dans plusieurs billets j’ai fait partager cette nouvelle passion pour le street art et je n’ai pas manqué les rendez vous mensuel de la rue Henri Roy, le MUR d’Orléans.

La semaine dernière une nouvelle fresque a été peinte. Deux artistes Enora et Koye, originaires de Paris et ayant leur atelier à Orléans ont  réalisé à quatre mains ce nouveau MUR.

 

Les organisateurs concoctent une biographie des auteurs de la fresque

Enora (Benjamin Foulny) et Koye (Tristan Marie) se sont rencontrés à IAV d’Orléans

J’ai remarqué que de plus en plus de personnes s’arrêtent pour observer et discuter avec les peintres. Le MUR d’ORLEANS avec ses 9 mois existence est de plus en plus connu. Les organisateurs Jean Michel Ouvry et Ludovic Bourreau s’en réjouissent. Il est néanmoins nécessaire d’en parler autour de soi car beaucoup d’amis viennent au cinéma des Carmes voir des films d’une grande qualité et ne savent pas que sur un mur de leur cinéma préféré des artistes de renommée internationale réalisent tous les mois une nouvelle fresque aux inspirations très diverses. Ce mois d’octobre 2017 nous sommes dans le futur.

La science-fiction de Enora et Koye

La fresque terminée

Rencontres

En attendant le film ou en sortant, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil au MUR d’Orléans, prochaine « performance » les 27 et 28 octobre 2017 .

 

La Dent Parrachée domine avec ses 3697m Lanslebourg

Il y a  20 ans Donatella est venue installer son épicerie italienne à Lanslebourg . Ce bourg de 700 habitants situé au bord de l’Arc est maintenant appelé Val Cenis du nom de la station de ski créée il y a 50 ans tout juste.

Depuis que je rédige ce blog, j’ai eu l’occasion de partager mes coups de chapeau pour d’autres commerçants de Val Cenis , le « marchand de pierres », le directeur d’ Intersport ». Pourquoi cette année m’arrêter chez Donatella?

Il est de plus en plus fréquent d’entendre « je vais chez l’italienne » .

Le magasin au rez de chaussée d’une des solides et vastes maisons qui longent la rue du Mont Cenis, principale artère de Lanslebourg.

Sur le trottoir…pas d’erreur possible

Plus »

Si vous avez la chance de randonner dans la région d’Aussois et plus précisément dans la foret du Monolithe, vous découvrirez des sculptures réalisées dans les troncs de sapins coupés à 3 mètres de hauteur. Ces 15 sculptures sont l’œuvre de Serge Couvert.

 

Serge Couvert, l’artiste d’Aussois

Chez les Couvert on est menuisier depuis plusieurs générations à Aussois.

Après un début en ébénisterie, Serge Couvert s’est spécialisé dans la sculpture. Sa notoriété dépasse les frontières de sa commune. Pourtant c’est à sa commune et plus exactement aux amis randonneurs et skieurs de fond de cette station touristique en bordure du Parc de la Vanoise qu’il offre une production d’œuvres exceptionnelles, 15 sculptures reliées par un sentier, appelé le Sentier des sculptures.

1994, 95, 96 et 98 primé au concours international de sculpture de St Michel de Maurienne.

1995 Salon des arts de Moutiers 2ème prix .

1996 Festival international des arts de la rue Dijon 2ème prix

1996 Concours de sculpture, station des karellis 3ème prix

2003 Concours de sculpture sur bois Avrieux 1er prix .

2011 au concours international de sculpture de st Michel de Maurienne. 1er prix .

Ref : Internet https://www.class41.com/sculptors/biographie-de-l-artiste-serge-couvert-1/

 

Le sentier des sculptures

Plus »

L’Événement culturel  de ce mois d’Aout 2017 à Orléans.

l’affiche du MUR

Les animateurs du MUR d’Orléans Ludovic Bourreau et Jean Michel Ouvry ont fait très fort pour la 7éme édition du MUR d’Orléans. Ils ont invité Marko93, l’un des plus Grands graffeurs actuels. Plus »

A Orléans du 11 au 16 Aout 2017 s’est déroulés la Fête des Duits. C’est la  7ème édition de cette animation se déroulant dans un lieu inaccessible habituellement des orléanais et pourtant celui que chacun peut admirer aux couleurs des saisons en traversant la Loire, le duit Saint Charles.

Le pont de la RN20

L’association orléanaise NANOPROS proposait plusieurs événements et performances artistiques. Tout à long du parcours de 1400 m, un chemin traçé à travers une végétation dense ponctuée d’arbres, pour certains centenaires, d’arbustes et de hautes herbes, les sculptures de Pierre Merlier peuplaient cet univers curieux…. Plus »

La semaine dernière nous sommes allés visiter « Street Art City » près de Lurcy-Lévis dans l’Allier.

Dans la campagne entre Berry et Bourbonnais

Dès le portail franchi , je découvre des fresques gigantesques qui recouvrent les murs de cet ancien centre de formation de France Télécom, devenu propriété privée.

Autoportrait de muraliste argentin Alaniz

« Le migrant et la liberté » de Alaniz, souvenir d’un voyage avec des migrants syriens

 

Une rencontre exceptionnelle

Après une balade photographique, j’ai eu la chance de rencontrer des artistes en résidence, ouf ! ce lieu n’est pas une œuvre fantôme, il y a des gens !

Les artistes rencontrés. Seuls (de droite à gauche) Joris et Snek ont accepté d’être photographié.

Plus »