Il s’agit d’un petit livre édité sous forme de dictionnaire. Il est ma révélation de l’été. J’en ai même acheté deux à la demande d’un de mes fils.

Je ne sais pas pourquoi j’ai manqué sa parution, en début de l’année 2016.

J’ai découvert son existence en réécoutant une émission de  France Culture, dans la série « Culture d’Islam » diffusée le 26 juin 2016.

Je n’ai pas résisté à l’envie de vous faire partager des extraits de l’émission intitulée « Pratiques cultuelles et laïcité »  et des passages intéressants et étonnants du livre.

Pourquoi une révélation ?

Parce que ce dictionnaire se situe au quotidien, sur des sujets d’actualité souvent discutés autour de nous, concernant la place des religions dans la société. Qu’il a été rédigé par un éminent philosophe Régis Debray et un spécialiste Didier Leschi. Que ces auteurs n’ont pas reçu de mandat gouvernemental ou politique. Qu’ils ont réalisé ce livre pour nous apporter très simplement les informations juridiques et historiques afin de mieux comprendre et se situer mieux. Enfin je suis convaincu que ce petit livre pourrait changer la vie de ceux et celles qui trop sûrs de Leur vérité se sentent paumés. Plus »

J’ai vu et entendu, ensemble un Imam, un pasteur, un évêque…

Hier soir nous avons répondu à l’invitation du Centre Œcuménique de La Source dans une église d’Orléans.
Plusieurs confessions orléanaises étaient représentées, les juifs, les musulmans, les orthodoxes, les églises chrétiennes et les catholiques.
Les organisateurs ont égrainé le nom des victimes des attentats de Paris,  au journal Charlie Hebdo, dans le magasin cacher et parmi les policiers, puis 3 portes-paroles des confessions présentes se sont exprimés.

Devant l'autel les représentants des confessions orléannaises

Devant l’autel les représentants des confessions orléanaises

J’ai noté que l’imam de la mosquée d’un quartier d’Orléans, porte parole des musulmans, a déclaré que « de cette grave épreuve nous sortirons grandis grâce aux valeurs qui nous unissent ». Le religieux à rappeler le Coran  » quiconque tue une personne c’est l’humanité entière qu’il tue ». S’adressant à un public connaisseur il a précisé que  » le meurtre est un péché capital ». Il a conclu par son souhait de « construire ensemble un projet de société pour la liberté d’opinion et de conviction ».

Texte de cet Imam : CO-Interreligieux-RIFAI-150115

L’évêque d’Orléans a mis l’accent sur la rencontre et la fraternité « qui est un combat car il n’y a pas de liberté sans égalité et sans fraternité ». Précisant que la tolérance n’est pas la fraternité.
L’évêque au nom des chrétiens conclue en rappelant  » nous n’avons un seul père, nous sommes tous frères ».

L'évêque d'Orléans s'exprime

L’évêque d’Orléans s’exprime

La représentante de la communauté juive remplaçant le rabbin a regretté l’antisémitisme et s’est souvenu des 3 enfants toulousains tués dans leur école en 2012.

Dans un deuxième temps les représentants des communautés ont lu des textes importants de Défenseurs de la liberté dont Martin Lutter King et Mandela.

Le troisième moment de ce rassemblement a été consacré aux « engagements » de toutes composantes de la société, des artisans, ouvriers, aux artistes, religieux, poètes, militants, enseignants pour œuvrer dans le respect des autres, la fraternité.

La foule des croyants présents

La foule des croyants présents

L’église était pleine, on estime à 1000 le nombre de personnes présentes. Certes le public était plutôt  âgé (horaire pas très adapté à ceux qui travaillent) et relativement homogène en matière d’origine , pas suffisamment  à l’image de nos quartiers (mais pas plus que lors des gros rassemblements dont les médias nous ont noyé). Dommage que nos amis musulmans soient venus encore plus nombreux, même avec leur habitudes vestimentaires, ils auraient été en confiance. A cette rencontre les « Je suis Charlie » ont tendu la main aux « Je ne suis pas Charlie » ;  j’ai l’impression que les participants par leurs engagements dans la vie quotidienne ne veulent pas voir la France coupée en deux entre les « Je suis Charlie » et les autres.

Heureusement ! même à Orléans… personne n’a entonné la Marseillaise…c’est le chant de paix de St François d’Assise qui a réuni l’assistance.

J’ai beaucoup apprécié cette rencontre après cet événement d’une extrême gravité pour le vivre ensemble. J’espère que d’autres rencontres interreligieuses auront lieu pour se connaître , pour se comprendre, pour  vivre ensemble nous n’avons pas le choix dans notre environnement mondialisé.

Voir aussi le document de cette cérémonie : CO-Interreligieux-150115

Lors de notre dernier voyage en Tunisie, fin juin 2014, nous avions décidé de visiter Kairouan, le lieu de la principale mosquée  du Maghreb, un haut lieu de l’Islam en Tunisie .

Nous voulions y retrouver  Mounia, l’ingénieur agronome qui nous avait reçu chez elle (voir le billet ) lors de notre précédent voyage en 2011.

J’avais réservé un hôtel, le seul indiqué pour Kairouan sur le site d’une centrale de réservation mondialement connu avec l’appréciation « superbe »…

Arrivé à Kairouan comme convenu nous  appelons le gérant de l’hôtel . Il nous conseille de l’attendre à un lieu précis car , situé dans la médina aux rues étroites son hébergement ne peut être atteint en voiture. Après plusieurs péripéties et l’aide de plusieurs jeunes prêts à nous rendre service… nous retrouvons Hassine . D’emblée ce dernier nous prévient, presque désolé, que les toilettes sont communes à plusieurs chambres… Nouvelles interrogations  vite élucidées quand nous franchissons le seuil de sa maison-hôtel, « Dar Hassine Allani », par une porte  basse dans les profondeurs de la médina de Kairouan. Au dessus de cette porte une plaque confirme que nous sommes dans une maison d’hôte.

Toutes les pièces sur deux étages s'ouvrent sur ce patio, lieu central de toutes demeures traditionnelles kairouanaises.

Toutes les pièces sur deux étages s’ouvrent sur ce patio, lieu central de toutes demeures traditionnelles kairouanaises.

Hassine a su restaurer la maison de ses ancêtres (ici son père) et surtout en faire profiter  les voyageurs.

Hassine a su restaurer la maison de ses ancêtres (ici son père) et surtout en faire profiter les voyageurs.

...et de son grand père !

…et de son grand père !

Le guide du Routard 2011 conseillait de visiter cette maison-musée : « une des plus belles demeures traditionnelles kairouannaises, typique de l’architecture arabo-musulmane du XVIII ème siècle ». Et nous aurons la chance innouie d’y dormir ce soir.

Dormir dans une alcôve...

Dormir dans une alcôve…

Hassine nous accueille dans sa maison, il nous offre une citronnade sur l’une des terrasses de sa maison alors que le soleil décline . Monia nous y rejoindra et nous serons très heureux de la revoir, elle sera accompagnée d’une amie, par hasard, voisine d’Hassine. Demain cette dernière nous invitera à déguster son couscous kairouanais (semoule très fine).

Montée vers les terrasses

Chaque terrasse est joliment fleurie

Chaque terrasse est joliment fleurie

De chaque terrasse, vue sur la médina et les hauteurs de la célèbre Mosquée de Kairooan

Nous poursuivons la découverte de cette immense demeure-musée, Hassine nous indique la salle à manger pour le petit déjeuner, un couple est déjà à table et nous observons que cette table d’hôte est également exceptionnelle. Malheureusement n’ayant pas réserver, il est trop tard pour que la cuisinière nous fasse profiter de son art. Le lendemain matin la qualité du petit déjeuner nous fera regretter ce manque d’anticipation, je pensais avoir réserver un hôtel classique…

La table du petit déjeuner

La table du petit déjeuner

J’aurai dû avoir la curiosité de consulter le site internet de monsieur Hassine Alani, mais  nous n’aurions pas eu un si grand coup de cœur !

Pour compléter notre satisfaction… le lendemain matin, en urgence, Hassine  a aimablement mis à notre disposition l’un des meilleurs guides certifiés de Kairouan pour visiter la Grande Mosquée et nous parler de l’Islam tant controverser en Occident.

Notre guide en pleine explication dans la Grande Mosquée de Kairouan

Notre guide en pleine explication dans la Grande Mosquée de Kairouan

 

L'immense cour de la mosquée de Kairouan . Les architectes ont mélangé les styles, premier plan arc turc au fond arc roman...

L’immense cour de la mosquée de Kairouan . Les architectes ont mélangé les styles, premier plan arc turc au fond arc roman…Le minaret est haut de 33m

 

La base du minaret a été construit avec de matériau de réemploi ici les inscriptions romaines l'une est à l'envers, les constructeurs ne connaissaient pas le latin !

La base du minaret a été construit avec de matériau de réemploi ici les inscriptions romaines l’une est à l’envers, les constructeurs ne connaissaient pas le latin !

 

Autre réemploi venant des temples romains de la région, les chapiteaux

Autre réemploi venant des temples romains de la région, les chapiteaux

 

 

Vue générale de la mosquée en construction

Vue générale de la mosquée en construction

La construction d’un nouveau de lieu de culte est exceptionnel dans notre société et dans nos quartier. L’église de mon quartier a été édifiée dans les années 70 et son clocher érigé en 2000. Les promoteurs de cette édifice avait rêvé que ce nouveau lieu de culte soit multiconfessionnel mais les musulmans ont été de plus en plus nombreux et une mosquée semblait nécessaire.

Depuis deux ans la mosquée est en construction dans mon quartier. Les fidèles musulmans l’attendent impatiemment. Depuis de nombreuses années ils pratiquent dans les salles de prières précaires et exigus, sous des bâches, dans des lieux prêtés par la mairie. Une association a été créée, des dons, parfois des petites sommes faisant des montagnes ont permis la réalisation de cette mosquée.

D’après le Président de l’association Annour , maître d’oeuvre, cette nouvelle mosquée devrait être inaugurée en fin d’avril 2014. Sur sa page Facebook, Mosquée Orléans sud, j’ai vu de nombreuses photos de la construction, des ouvriers travaillant dans le voisinage m’ont louangé l’intérieur des lieux, alors la curiosité m’a pris…. Rendez vous avec le Président, accueil chaleureux, recommandations de limiter les photos générales pour laisser la surprise aux fidèles et personnalités à l’occasion de l’inauguration. Ce qui m’intéressait en priorité était de photographier le menuisier décorateur dont on m’avait recommandé son oeuvre. Plus »

Mouin, le palestinien.

Mouin vit en estivage dans la campagne aux environs de Kfarakab. Il y a construit une modeste maison entourée d’un magnifique jardin en terrasse. C’est lui qui a remis en culture les pentes de cette région non loin de la fameuse école construite par le grand père d’Amin Maalouf, voir son roman autobiographique « Origines ».

Panorama de la maison de Mouin

Panorama de la maison de Mouin

Réfugié palestinien

Mouin, c’est son prénom, est né à Nazareth en Palestine. Venu faire ses études à Beyrouth en 1945, il n’a pu rejoindre son pays après la guerre de 1948. Il fait donc partie des millions de palestiniens réfugiés qui sont interdits de retour au pays.

A propos de ces réfugiés aux situations très diverses (certains vivent en camp, d’autres ont « réussi »), Mouin nous étonne en affirmant qu’ils veulent tous revenir sur leurs terres d’où ils ont été chassés. Je pense à nos immigrés dont la volonté de rentrer au pays semble s’émousser génération après génération…Les racines de ces habitants palestiniens doivent être extraordinairement profondes…

Depuis Mouin a obtenu la nationalité libanaise. A la fin des ses études, après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur, ne pouvant exercer dans son pays, il a parcouru le monde pour plusieurs sociétés pétrolières pendant 42 ans.

Le poête

Il y a 6 ans, il a pris sa retraite à Beyrouth et retrouve la montagne libanaise pour se reposer et écrire.

En effet Mouin est un poête, il écrit en arabe local des textes sur la nature principalement.

Ecoutez Mouin lire un  de ses poêmes : poeme-de-mouin

mouin

Mais Mouin garde en lui le traumatisme des racines perdues ; sa famille est restée là bas en Palestine et ne peut aller leur rendre visite. Il y a quelques temps il a organisé une réunion de famille en Egypte, ils étaient 103 venus de Palestine, frères, sœurs, cousins.

 

Les Chrétiens en Orient

Concernant la montée de l’intégrisme islamique en Palestine (Hamas), nos interlocuteurs nous démontrent que partout c’est l’interventionnisme américain qui provoque l’islamisme ; maintenant dans tous ces pays les chrétiens sont persécutés et quittent leurs pays et que dans d’autres, indépendants, la Syrie, l’Iran, la situation est meilleure. Au Liban, la communauté chrétienne est influente encore, il n’y a pas persécution mais les jeunes chrétiens quittent nombreux le pays. Enfin, nos interlocuteurs nous parlent de l’espoir suscité par la stratégie de Michel Aoun et son parti chrétien, après son accord électoral avec le Hezbollah.

Mouin nous emmène visiter ses cultures. Il est fier de faire pousser ici sur des terres qu’il a défrichées un grand nombre de fruitiers, de légumes et de plantes aromatiques. Plus loin nous admirons sa plantation de … 300 petits noyers.

mouinjardin

Nous quittons cet homme, qui par la poésie et le travail de la terre, nous a donné une bonne leçon de vie.

afflandelbis.jpg

Nous avons répondu à cette invitation et avons eu la chance d’entendre un « discours » qui change des articles que nous lisons concernant le dialogue Chrétiens-musulmans .
La salle de quartier était pleine et « au dessus de toute espérance » selon les organisateurs.

Les invitations adressées aux musulmans avaient reçues un accueil favorable vu l’importance de l’auditoire .
Ca ne m’étonnerait pas que cet évêque d’origine française ait une réputation qui s’étend hors de son Eglise.
Ce que j’ai appris :
* Tout marocain doit être musulman, ce qui veut dire que les chrétiens sont uniquement des étrangers. Les enfants d’un couple mixte nés au Maroc sont d’office musulmans.
* Il y a seulement 25000 catholiques de 90 nationalités différentes (en Arabie Séoudite ils sont 1 million et demi).
* Les trois quarts de ces catholiques sont des jeunes étudiants venant des pays d’Afrique subsaharienne. En effet depuis que « l’Europe s’est fermée », beaucoup d’Africains viennent poursuivrent leurs études dans les université du Maroc. En général ils sont habitués à la mixité religieuse et là ils se trouvent désorientés par cet environnement exclusivement musulman. Les autres catholiques sont les expatriés et diplomates, les « pieds noirs » restés là après l’indépendance, les épouses catholiques mariées à des marocains et les migrants africains coincés au Maroc en attendant leur passage de plus en plus problématique en Europe.
* Caritas (le Secours Catholique international) leur vient presque clandestinement en soutien car il est interdit aux catholiques de faire du social, ces actions sont assimilées à du prosélytisme .
* Plus étonnant, il y a 15 écoles catholiques . Et il s’ouvre tous les ans un nouveau collège. Les directeurs et les enseignants sont des marocains donc musulmans… On y enseigne le Coran ! Pour Monseigneur Landel, c’est un lieu privilégié de dialogue islamo-chrétien. Ces écoles sont reconnues pour « les valeurs communes » qu’elles enseignent. « On y enseigne l’Islam pas n’importe comment » .
* La Fac catholique de Paris participe à la formation des Imams de France.

Quelques reflexions de Mgr Landel qui nous ont marquées:
* Les 45 prêtres et 135 religieux et religieuses du Maroc sont « au service des 33 millions de marocains » pour les écouter, pour établir le dialogue et pour partager leur vie quotidienne (plusieurs sœurs travaillent dans des hôpitaux).
* « Vivre ma foi en reconnaissant la foi de l’autre »
* En parlant du ramadan ou de la fête du mouton et en réponse à ceux qui pensent folklore : « Il est important de rendre sérieux tous les gestes pratiqués par nos frères musulmans ».
* « Nous ne pouvons pas entrer dans les mosquées au Maroc mais les portes de nos églises sont ouvertes à tous »

* En critiquant les associations ou ONG qui débarquent au Maroc avec des projets montés exclusivement à Paris : « Il faut faire confiance au peuple qui nous accueille ».
* La liberté de conscience et de religion n’existe pas au Maroc, pourtant ce pays a signé la charte des droits de l’homme de l’ONU. « Il faudrait revoir cette charte pour qu’elle soit moins éloignée de la réalité . »
* Répondant à une personne qui dénonçant la situation de sous-développement du Maroc, Monseigneur Landel va à plusieurs reprises confirmer que « Le Maroc, une société qui avance » aussi bien économiquement que socialement comme la reconnaissance des droits de la femme, adopté par le Parlement en 2004. « On n’en est pas encore aux quotas, mais il y a des femmes ministres, avocats, chefs d’entreprises… ».

dsc00017.jpgIl aurait été intéressant d’entendre un de ces 45 prêtres exerçant sur le terrain , ancré dans la société marocaine, parler de l’Islam vécu tous les jours par les marocains. Malgré sa position hiérarchique d’évêque, ses relations privilégiées avec les officiels marocains, Monseigneur Landel nous offre une piste de réflexion du dialogue entre l’Islam et le catholicisme, pleine d’espérance. La position très minoritaire du catholicisme dans ce pays lui permet ce recul et cette humilité. Il me semble que vivre en paix (dans le Monde, comme dans la ville) passe d’abord par la justice économique (il en a beaucoup parlé) puis par le dialogue interreligieux et la connaissance des religions. Malheureusement nous en sommes loin quand nous voyons combien les religions s’entredéchirent dans beaucoup de régions du monde.