« A Lens ce qui est bien par comparaison avec les autres musées, on peut tourner autour des œuvres exposées ».

Quelle chance, pour les élèves du Nord Pas de Calais, de la création de ce Musée !

Ce que j’ai remarqué en premier, c’est le nombre de classes qui visitent ce Musée.

Classe de primaire très attentive même l'institutrice.

Classe de primaire très attentive même l’institutrice.

Sans guide il faut quand même faire un rapport

Sans guide il faut quand même faire un rapport pour la classe

 

Mademoiselle la guide s'applique mais au lycée ...

Mademoiselle la guide s’applique mais devant un Général…

Intéressés par Vénus

Plus intéressés par Vénus

Pensifs devant le martyr de St Sébastien

Pensifs devant le martyr de St Sébastien

 

Quel bonheur de frôler des œuvres uniques au Monde

Hermaphrodite (130-150 après JC

Hermaphrodite (130-150 après JC

 

Invitation ?

Invitation ?

Au risque d'être dévoré par le bronze "Lion au serpenr"

Proximité au risque d’être dévoré par le bronze « Lion au serpent »

 

Appel sûrement urgent

Un autre temps ….

Bravo pour cette muséographie exceptionnelle

Dans la  « Galerie du temps « , 120 mètres, le visiteur parcourt plusieurs siècles de productions artistiques .

Une signalétique originale permet de parcourir "la galerie du temps", espace unique pour exposer les œuvres des civilisations et des cultures différentes.

Une signalétique originale permet de parcourir « la galerie du temps », espace unique pour exposer les œuvres des civilisations et des cultures différentes.

Tout au long du parcours le visiteur peut se situer grâce aux dates inscrites sur la cloison d'aluminium.

Tout au long du parcours le visiteur peut se situer grâce aux dates inscrites sur la cloison d’aluminium.

 

Voir le sacré... Expo temporaire à la suite de la grande galerie du temps.

Voir le sacré… Expo temporaire à la suite de la grande Galerie du temps.

Le sacré dans l'Antiquité, le sacré au Moyen Age, le sacré aux temps modernes, trois espaces pour exposer une ou deux œuvres majeures.

Le sacré dans l’Antiquité, le sacré au Moyen Age, le sacré aux temps modernes, trois espaces pour exposer une ou deux œuvres majeures.

 

L'espace du Moyen Age, trois fragments de tombe

L’espace du Moyen Age, trois fragments de tombe

Dans l'espace "Antiquités", une petite statue de 664 av JC)

 Une architecture où verres et reflets nous enchantent.

Les architectes  japonnais,  américains et  français ont permis que le visiteur ne se sente pas renfermé à l’intérieur d’un lieu à priori difficile.

Au terme de la visite de la Galerie du Temps, l'espace s'ouvre sur l'extérieur, ici sur les terrils

Au terme de la visite de la Galerie du Temps, l’espace s’ouvre sur l’extérieur, ici sur les terrils

Les parois reflètent sur le monde des visiteurs

Les parois de la Galerie du temps reflètent sur le monde des visiteurs

 

Entrée du musée

Entrée du musée

Une architecture douce et simple pour mieux faire apprécier l'intérieur

Une architecture douce et simple pour mieux faire apprécier l’intérieur

 

L'affiche du film

L’affiche du film

Lire le résumé.

Une multitude de sujets d’actualité dans 1h29 de film :

L’émigration, l’asile politique, l’asile économique, la sécurité, la religion, la place des parents dans l’éducation, la crise des profs, les ados, les collèges, les difficultés économiques vécues pour vivre  à Paris, autant de sujets abordés dans ce documentaire très riche.

Tous ces sujets provoquent des drames, comme la séparation des enfants de leurs parents restés au pays et confiés à une cousine ou tante, comme le déménagement précipité vers une nouvelle destination inconnue, décidé par l’assistante sociale pour bénéficier d’un vrai logement, comme le risque d’être mariée de force et d’être excisée si elle retourne au pays, comme le risque d’être rejeté par la société parce qu’il est juif, comme le sentiment d’être victime du racisme parce que « personne l’aime » à cause de ses cheveux crépus. Heureusement grâce à l’écoute de leur professeur souvent facilité par la caméra de la réalisatrice mais aussi de leur propre caméra  ces jeunes expriment longuement ces difficultés . Ces situations deviennent des atouts,  grâce à la solidarité et  l’amitié qu’elles provoquent et surtout grâce à la volonté (différente selon leur âge et leur culture) qu’ils doivent mettre en oeuvre . A la fin de l’année leur prof exprime son espoir et sa conviction de les rencontrer plus-tard dans les professions ou les statuts dont ils rêvent actuellement, signe qu’ils trouveront leur place dans la société française.

L’optimisme et la croyance en l’homme domine donc dans ce documentaire, loin de la peur de l’autre et l’individualisme ambiant.

 

Une oeuvre cinématographique exceptionnelle :

Chapeau à cette réalisatrice pour ses images vraies qui en disent tant ; comment a-t-elle réussi à rester en gros plan sur la larme de cette jeune africaine volontaire et révoltée, chance ou écoute et attention  ? Les rencontres avec les parents ou remplaçant des parents sont des moments exceptionnels tant les regards sont justes.

Le petit tunisien (Photo Internet)

Le petit tunisien (Photo Internet)

Un film à voir d’urgence :

Comme le fameux « Sur les chemins de l’école », ce film risque d’être victime de l’embouteillage de la production cinématographique et de ne pas rester longtemps en salle.

Ici à Orléans, Les Carmes ont programmé 4 séances par jour jusqu’à mercredi prochain mais après ?

Pour passer un moment agréable et passionnant parce que plein de chaleur humaine et d’optimisme il faut aller voir ce film.

Elle est pas facile mais surtout pleine de vie ! (photo Internet)

Elle est pas facile mais surtout pleine de vie ! (photo Internet)

 

 

24. janvier 2008 · 1 commentaire · Catégories: Mes espoirs · Tags:

Je viens d’avoir une conversation téléphonique avec une amie responsable d’une association de soutien scolaire.
Cette année grâce à cette association, 80 élèves bénéficient d’un soutien scolaire à domicile. En effet ce sont les soutiens qui se rendent au domicile des jeunes. Ainsi ils peuvent mieux connaître leur environnement familiale et vraiment s’adapter aux jeunes. Parfois les parents sont présents, d’autre fois non. Et souvent il peut avoir un dialogue fructueux avec un des parents.
Mon amie m’a souvent expliquer tout le travail préparatoire qu’ils doivent effectuer avant de s’engager dans ce soutien à la carte ; les responsables au nombre de 4 vont systématiquement dans les familles. Il est important que les parents soient totalement porteurs de ce projet de soutien pour leurs enfants. Certes ce sont eux qui ont été demandeurs mais cette demande doit donc être motivée. Comme cette prestation est gratuite il est possible d’être exigeant.

N’y a-t-il pas concurrence avec Acadomia qui fait tant de pub ? Pour mon amie l’association ne s’adresse pas au même public. Même avec les aides, chèques et autres, Acodomia est payant et s’adresse aux familles qui peuvent…L’association s’adresse aux plus pauvres, il n’y a pas de raison pour que les enfants de chômeurs ou de travailleurs pauvres subissent les conditions économiques de leurs parents.
En fin de compte c’est la suite de l’enseignement public gratuit pour tous.

On remarque une diminution du nombre d’élèves du primaire depuis que l’aide aux devoirs est institué dans les écoles. Malheureusement les parents confondent l’aide aux devoirs de l’école et le soutien scolaire individualisé à la maison. Dommage .

Une autre question me taraude régulièrement l’esprit . Comment faites-vous pour trouver des bénévoles surtout des étudiants en si grand nombre ; les étudiants recherchent à payer leurs études, les retraités cherchent à améliorer leurs revenus, etc…Surtout que les cours particuliers rapportent bien.(jusqu’à 40 euros de l’heure).
Mon amie m’expliquent que de plus en plus les professeurs comme les étudiants bénévoles travaillent par ailleurs et qu’ils font le soutien scolaire avec l’association pour apporter leur contribution aux élèves de familles défavorisées. Entendre ça est une bonne nouvelle dans notre monde dominé par l’argent.

Les institutrices d’Alasora.

Violette et Dieudonné, les directeurs de la Ferronnerie d’Art d’Alasora près de Antananarive nous ont parlé de leur école à deux pas des ateliers.La curiosité nous a poussé jusqu’à ce batiment en construction.ecole.jpgC’est l’école qu’ils ont créé de toute pièce pour scolariser les enfants des ouvriers qu’ils emploient.Première surprise, à notre vue les élèves se lèvent pour nous souhaiter la bienvenue.classe3.jpgNous ne voulions pas déranger mais… Je pense qu’ils ont l’habitude des visites.Deuxième surprise, dans une salle mi classe mi réfectoire les enfants sont entrain de manger un bol de riz, pourtant il est presque 11h. Tout simplement il s’agit d’un petit repas en attendant la fin de la classe vers 13h30. « C’est nécessaire car les enfants arrivent en classe souvent le ventre vide ».repas.jpgLes deux classes alternativement bénéficieront de ce repas du matin. A la fin chaque enfant va au point d’eau dans la cour pour laver son bol.lavage2.jpgNous sommes étonnés du silence dans lequel tout cela se déroule.Pendant une pause les institutrices nous rejoignent. Elles nous expliquent que dans l’école 4 classes sont prévues, deux sont en place en ce moment. « Violette et Dieudonné ouvrent les classes en fonction des possibilités financières, car ils ne reçoivent rien de l’Etat, c’est une école privée. »Leurs élèves sont les enfants des employés de l’entreprise. Ces personnes en grande difficulté avant d’arriver chez Dieudonné et Violette ont maintenant la chance de faire scolariser leurs enfants gratuitement, contrairement à la grande partie du pays. « Cette année nous leur imposons de donner à leurs enfants un minimum de fournitures scolaires, car il faut les responsabiliser . ». Sur le même sujet : « Très souvent nous rappelons à l’ordre les parents pour l’hygiène de leurs enfants, car nous avons un rôle d’éducation. D’ailleurs ce sont les enfants eux même qui doivent rappeler les consignes à leurs parents ! ».

C’est madame la Directrice (dont je n’ai pas noté le prénom) qui nous précisent cela. Car elle a un rôle important ici, elle a connu Violette et Dieudonné « aux parents d’élèves » ; à la retraite, elle a décidé de les rejoindre bénévolement pour s’occuper de cette école.

instit2.jpg

Au cours de la conversation, assez fière elle nous déclarera que ses élèves sont en avance sur les autres pour l’examen de passage au collège ! Cela ne nous étonne pas . Pendant que les institutrices nous parlaient les enfants continuaient leur travail en silence, pour des enfants de 8 à 10 ans , chapeau ! Au bout d’un moment nous sommes partis car les petits commençaient à se dissiper, il ne faut quand même pas trop demander !

instit31.jpg

Espérons qu’ils continueront à être aussi studieux et qu’ils pourront ainsi sortir des difficultés qu’ont rencontré leurs parents.Un point à préciser : Monsieur Dieudonné paie le collège aux meilleurs, voilà où passent les bénéfices de l’entreprise. Elle n’est vraiment pas comme les autres cette entreprise made in Madagascar !Et les institutrices sont vraiment exceptionnelles.Alors si vous passez par là, après avoir acheté vos cadeaux, n’hésitez pas à pousser jusqu’à l’école et nos institutrices seront heureuses de vous rencontrer. On peut aussi offrir des fournitures scolaires, les besoins semblent être très importants.

Attention !!! si vous passez l’après midi, les élèves ne seront pas les enfants de l’entreprise…mais les enfants des quartiers des environs, car l’école est partagée « ça leur fait moins loin pour aller en classe ! » Tout simplement.

instit1.jpg

La deuxième institutrice.