Rencontres libanaises (10)

Rencontres libanaises (10)

Georges, le maçon

« Quelle belle maison ! » nous nous exclamions quand Georges est venu à notre rencontre. Ce n’était pas prévu. Fier que nous admirions sa maison, Georges nous a inviter à poursuivre notre visite.

La maison de Georges vue de la route
La maison de Georges vue de la route
Georges nous disant "Entrez donc"
Georges nous disant "Entrez donc"

Nous nous étionnions devant la profusion de sculptures et devant le choix des pierres pour les différents montages (avec des pierres rares).

Nous avons été accueillis par le constructeur de cette grande maison comme toutes les maisons du Liban.

Georges a construit entièrement sa maison dans les années 70. Et elle paraissait comme neuve avec cette pierre du pays qui ne vieillit pas . Il en a été également l’architecte.

Nous étions « bluffés » devant cette œuvre d’un seul homme.

Au cours de la visite nous avons appris que Georges en avait construit bien d’autres des maisons. Alors il est entrepreneur ? Il est seulement le maçon qui lorsqu’il est appelé à construire, s’entoure de compagnons de tous corps de métiers. Au Liban dans la campagne il n’y a pas d’entreprise de maçonnerie mais des maçons à leur compte.

Georges continue sa visite et nous fait découvrir une cheminée monumentale magnifiquement sculptée…presqu’aussi belle de celles de Chambord !

Georges devant la cheminée qu'il a réalisée
Georges devant la cheminée qu'il a réalisée

Bientôt, nous qui étions de passage sur la route, nous faisons connaissance avec la femme de Georges, sa belle-fille, ses petits garçons.

Ils nous invitent tout naturellement à prendre le café (ou le thé) et nous discutons.

Nous apprenons que Georges a deux filles et deux garçons dont un habite la maison et a repris le métier de son père (maintenant à la retraite).

Exceptionnellement aucun membre direct de la famille n’est à l’étranger.

Partout dans la maison nous voyons des images de St Charbel, le saint maronite le plus populaire du Liban et de St Georges.

Nos hôtes sont chrétiens maronites.

A l’extérieur nous remarquons dans la propriété un mazard très bien fleuri et Georges nous précise que c’est son petit fils de 14 ans qui décore ainsi ce sanctuaire familial.

Le sanctuaire  fleuri par le petit fils de Georges
Le sanctuaire fleuri par le petit fils de Georges

Georges, venant à notre rencontre, nous inconnus, au lendemain de notre arrivée dans le village, et nous accueillant dans sa maison, restera le souvenir symbole du grand cœur de nos amis libanais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *